Art : « Vienne se déshabille sur OnlyFans » pour contourner la censure de Facebook, Instagram et TikTok

DE L'ART OU DU COCHON? Confronté à la censure des œuvres d’arts représentant de la nudité, l’office de tourisme de la capitale autrichienne a décidé de se replier sur « l’Instagram du porno »

F.R.
— 
Image de la campagne Vienna Strips On OnlyFans.
Image de la campagne Vienna Strips On OnlyFans. — Capture d'écran - Office de tourisme de Vienne

« Vienne se déshabille sur OnlyFans » (« Vienna strips on OnlyFans ») : c’est le nom de la campagne lancée par l’Office du tourisme de la capitale autrichienne. Tout en promouvant les œuvres d’art que les touristes peuvent admirer dans la ville, l’objectif est de dénoncer la censure arbitraire des réseaux sociaux traditionnels.

Le quotidien britannique The Guardian recense, dans un article publié samedi, les déconvenues de plusieurs musées viennois. En juillet dernier, le Musée Albertina a par exemple vu son compte TikTok suspendu et a été contraint d’en créer un nouveau pour avoir montré des photographies du Japonais Nobuyoshi Araki. Sur l’un des clichés, une poitrine féminine, pourtant obscurcie, apparaissait.

La toile « Les Amoureux » jugée « potentiellement pornographique »

Cette année également, une vidéo du Musée Leopold était retoquée par Facebook et Instagram car considérée comme « potentiellement pornographique ». En cause : le téton de femme représenté sur la toile Liebespaar (Les Amoureux) de Koloman Moser.

Face à ce genre d’absurdités, l’Office de tourisme de Vienne a du mal à promouvoir les expos en cours. « Certaines œuvres de l’actuelle exposition temporaire du Musée Albertina, peintes par Amadeo Modigliani, sont trop explicites » pour apparaître dans les campagnes publicitaires, explique au Guardian Helena Hartlauer, porte-parole de l’office de tourisme.

Des avantages pour les abonnés

D’où l’idée de se replier sur OnlyFans. Souvent surnommée « l’Instagram du porno », cette plateforme est célèbre pour les photos et vidéos sexuellement explicites publiées par des créateurs moyennant des abonnements payants.

Les premiers et premières titulaires d’un abonnement au compte autrichien réservé aux adultes recevront une Vienna City Card permettant d’accéder à des tarifs préférentiels à la billetterie des musées ou un ticket d’entrée pour aller découvrir l’une des œuvres.

« La campagne "Vienne se déshabille…" n’a pas été mise en place uniquement pour inciter les touristes à venir, le but est aussi de faire prendre conscience au plus grand nombre des critères de censure [des réseaux sociaux] auxquels les artistes contemporains sont confrontés », ajoute Helena Hartlauer.