Aix-en-Provence : Sur les traces d’un tableau de Winston Churchill mis aux enchères à Londres chez Christie’s

PEINTURE Cette toile, peinte en 1948 alors que Churchill est au sommet de sa gloire, est estimée entre 1,7 million et 2,9 millions d’euros

Caroline Delabroy
— 
The Bridge at Aix en Provence / Sir Winston Churchill, O.M., R.A. (1874-1965)
The Bridge at Aix en Provence / Sir Winston Churchill, O.M., R.A. (1874-1965) — Christie?s Images Limited 2021
  • Lors de sa venue à Aix-en-Provence en septembre 1948, le Premier ministre britannique Winston Churchill est allé peindre sur les traces de Cézanne.
  • Plusieurs années plus tard, il donnera le tableau à son ami suisse et fournisseur en matériel de peinture Willy Sax, il est toujours resté dans la famille depuis lors.
  • Le directeur du musée Granet, dont le grand-père a photographié Churchill en train de peindre, connaît bien l’histoire de ce tableau.

L’une de ses précédentes œuvres, vendue par l’actrice Angelina Jolie, s’est envolée l’an dernier à plus de 8 millions d’euros. Plusieurs toiles de l’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill seront de nouveau à l’honneur ce mercredi chez  Christie’s à Londres. Et plus particulièrement une représentant le fameux pont des Trois Sautets à Aix-en-Provence, peint avant lui par Cézanne. Son estimation ? Entre 1,7 million et 2,9 millions d’euros. « C’est énorme, c’est parce que c’est Winston Churchill, ce n’est pas tant la dimension artistique qui l’emporte », avance Bruno Ely, directeur du musée Granet à Aix-en-Provence.

Il connaît bien l’histoire de ce tableau, car ce n’est autre que son grand-père qui a photographié Winston Churchill en train de le peindre. On est bien loin de l’image d’Epinal du peintre solitaire avec son chevalet dans la nature. « Il était entouré de gardes du corps, il y avait des genres de paravent pour le protéger des regards, une grande ombrelle pour le soleil », raconte-t-il. Nous sommes en septembre 1948, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et Winston Churchill le libérateur est alors au sommet de sa gloire.

Le « Bleu Churchill »

« On va le recevoir quasiment royalement, poursuit Bruno Ely. Les musées d’Aix mettront en dépôt des œuvres d’art dans son appartement de l’hôtel du Roy René, alors le plus bel établissement de la ville, où descendaient toutes les célébrités. On peut supposer que quelqu’un comme Winston Churchill, qui est un peintre amateur éclairé, connaît le travail de Cézanne. » Ce pont du XVIIe siècle est un motif récurrent chez le peintre provençal. C’est même l’un de ses premiers tableaux de jeunesse, rappelle le directeur du musée Granet, où une salle entière est dédiée au peintre. « Cézanne y revient à la fin de sa vie, quand il souffre de diabète et de la chaleur, et va se réfugier au bord de l’Arc », explique Bruno Ely.

Avec ce tableau du pont des Trois Sautets, Winston Churchill s’inscrit dans une partition connue : « C’est une peinture très figurative commente le directeur du musée. On sent que c’est quelqu’un qui a regardé les impressionnistes. Il n’est pas à la pointe de la création contemporaine quand il le peint. C’est très classique, presque conventionnel. » Winston Churchill en fait don en 1955 à son ami suisse et fabricant de peinture Willy Sax. Les deux hommes se rencontrent en 1946 à Zurich et leur amitié durera jusqu’à la fin de leur vie. Tous deux, indique Christie’s, avaient une « passion commune pour la peinture à l’huile ».

« Cette scène aurait également beaucoup plu à Willy Sax, car il était un pêcheur sportif passionné et la rivière entourant le pont des Trois Sautets était réputée pour sa pêche », écrit aussi la maison de ventes. Willy Sax mettra même au point un « Bleu Churchill ». Ce sont ses descendants qui aujourd’hui mettent en vente ce tableau peint à Aix-en-Provence.