De l’Opéra à l’atelier, Silvère Jarrosson n’arrête pas de danser

ART Chaque jour, « 20 Minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut

20 Minutes avec Brut
Silvère Jarrosson est tombé amoureux de la peinture, Brut.
Silvère Jarrosson est tombé amoureux de la peinture, Brut. — capture d'écran

Son rêve s’est subitement écroulé pour laisser place à un autre. Silvère Jarrosson s’apprêtait à rejoindre le ballet de l’Opéra de Paris et préparait un rôle de soliste, lorsqu’il a ressenti une douleur à la hanche : « Je ne m’inquiétais pas parce que ça arrive souvent d’avoir un petit bobo à droite, à gauche. Je n’allais quand même pas lâcher à quelques jours du spectacle. En réalité, c’était beaucoup plus grave que ça. » Silvère ignore sa douleur et se retrouve à l’ hôpital les jours suivant la représentation. C’est une infection grave : les médecins lui posent une prothèse de la hanche.

Le jeune homme ne sera pas danseur. Mais il rencontre la peinture grâce à un ami : « Une espèce de déclic s’opère et le lendemain, je suis allé acheter des pinceaux, des tubes, des châssis et je me suis mis à peindre dans ma chambre, chez mes parents. » Aujourd’hui, Silvère s’adonne à des ballets avec ses œuvres. Il fait couler la peinture sur la toile avec des mouvements gracieux : « Il y a eu un petit peu cette idée pour moi de retrouver ce que je faisais en danse, c’est-à-dire des gestes précis, travaillés, qui mettent du temps, qu’on ne réussit pas à tous les coups évidemment, mais qui permettent de reprendre un petit peu le contrôle sur certains aspects de la toile. » Silvère Jarrosson danse avec sa toile dans la vidéo de notre partenaire Brut.