« Astérix et le Griffon » : Le nouvel album d'Astérix se dévoile et caricature Michel Houellebecq

BD Ces nouvelles aventures, signées Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, sortent le 21 octobre avec un tirage de deux millions d’exemplaires pour la France, et cinq millions pour le monde

V. J. avec AFP
— 
« Astérix et le Griffon » est la 39e aventure du Gaulois et la dernière qu'a pu voir naître Albert Uderzo avant sa mort
« Astérix et le Griffon » est la 39e aventure du Gaulois et la dernière qu'a pu voir naître Albert Uderzo avant sa mort — 2021 Les Editions Albert René / Goscinny - Uderzo

Même un gigantesque kaiju ne peut rien contre le petit Astérix. Alors que le phénomène manga Kaiju n°8 est tiré à 250.000 exemplaires pour son lancement, le nouveau Astérix et le Griffon sortira, lui, le 21 octobre à hauteur de deux millions d’exemplaires pour la France, et un total de cinq millions pour le monde entier, dans 17 langues. Ce 39e album d' Astérix est un voyage dans l’Est pour les Gaulois qui partent à la rencontre d’un peuple mal connu de l’Antiquité, les Sarmates.

Après la mort du scénariste René Goscinny en 1977, la série a été poursuivie par le dessinateur Albert Uderzo, qui l’a lui-même confiée en 2011 au scénariste Jean-Yves Ferri et au dessinateur Didier Conrad.

Une aventure essentiellement dans la neige

Les Sarmates, peuple nomade, vivaient dans une région qui s’étendait de l’actuelle Ukraine aux contreforts du Caucase et aux steppes d’Asie centrale. Et dans cet album d’Astérix leur totem est le griffon, mi-aigle mi-lion. « Les voyages d’Astérix, ça représente pas mal de pays déjà. Là c’est un pays froid. C’est nouveau, ça donne le ton de cet album qui se passe essentiellement dans la neige », a souligné ce lundi Jean-Yves Ferri lors d’une conférence de presse s au siège d’Hachette Livre, le groupe qui détient les éditions Albert René.

« Historiquement, on ne sait pas grand-chose sur eux. Hérodote, Tite-Live avaient parlé des Sarmates. C’étaient des Barbares, mais un peuple un peu mythique, a-t-il ajouté. Les dessins empruntent à une certaine tradition russe, kazakhe ou mongole, et leurs noms se terminent tous en -ine – par exemple "Cékankondine". »

Michel Houellebecq est Terinconus

Le scénario tourne autour de la confrontation entre une armée romaine qui part en expédition pour capturer le fameux griffon, sur ordre de Jules César, et ces insaisissables Sarmates, avec lesquels sympathisent les Gaulois. Parmi les curiosités : un géographe romain, Terinconus, qui avant de partir pour cette exploration, s’est renseigné sur « la carte et le territoire ». Il emprunte ses traits à l’écrivain Michel Houellebecq.

« Le pays n’existe pas vraiment : c’est plutôt une ambiance de conte, avec des Gaulois qui perdent leurs repères », selon Jean-Yves Ferri. L’album a aussi une tonalité écologiste. « Les Romains représentent un peu l’attitude on va dire "occidentale" vis-à-vis de la nature, la manière de se servir. Alors que les Sarmates sont présentés comme respectueux de leur nature, des animaux notamment. Et les Gaulois sont un peu entre les deux », a détaillé le scénariste.

Pas d’Astérix réinterprété comme Lucky Luke pour l’instant

La formule marche toujours très bien en librairie, avec des sorties à l’approche de Noël, tous les deux ans, qui en font un des cadeaux préférés des Français. Le succès ne s’est jamais démenti non plus dans d’autres pays, notamment en Allemagne, Espagne ou Italie. Interrogé sur la possibilité de voir Astérix dessiné ou réinterprété, comme d’autres personnages mythiques de bande dessinée tels Lucky Luke ou Corto Maltese, par une multitude d’auteurs, l’éditeur a répliqué qu’Astérix continuerait tel quel. « Ces hommages sont assez symptomatiques de séries qui s’essoufflent. Je ne crois pas que ce soit le cas d’Astérix », a estimé le directeur général des éditions Albert René, Céleste Surugue.