Goncourt : Les règles changent... Les livres des proches du jury sont désormais interdits de Prix

LITTERATURE La révélation des liens entre François Noudelmann, retenu dans la première sélection du Goncourt, et sa compagne Camille Laurens, membre de l’Académie, ont entraîné une modification du règlement

20 Minutes avec AFP
— 
Pierre Assouline, Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Pascal Bruckner, Didier Decoin, Camille Laurens, Francise Chandernagor, Eric-Emmanuel Schimtt et Tahar Ben Jelloun, le jury du Goncourt, en mars 2020 au restaurant Drouant.
Pierre Assouline, Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Pascal Bruckner, Didier Decoin, Camille Laurens, Francise Chandernagor, Eric-Emmanuel Schimtt et Tahar Ben Jelloun, le jury du Goncourt, en mars 2020 au restaurant Drouant. — Lionel BONAVENTURE / AFP

Les jurés mettent fin à la polémique. L'Académie Goncourt a annoncé avoir adopté ce mardi une règle rendant inéligibles à son prix « les ouvrages des conjoints, compagnons ou proches parents des membres du jury ». Adoptée à l’unanimité, cette nouvelle règle, qui oblige les jurés à révéler un tel lien de proximité sous peine d’exclusion, est la suite de la révélation des liens entre François Noudelmann, retenu dans la première sélection, et sa compagne Camille Laurens, membre de l’Académie.

Le livre en question, Les Enfants de Cadillac, a été écarté de la deuxième sélection du prix Goncourt (à découvrir dans l’encadré ci-dessous), la règle prenant effet immédiatement.

« Respecter le secret du vote »

Une autre règle a également été adoptée à l’unanimité mardi : « les membres du jury qui tiennent une rubrique littéraire dans un média s’abstiennent de chroniquer les ouvrages qui figurent dans la sélection aussi longtemps que ces ouvrages y figurent ». Là encore, Camille Laurens avait été au cœur de la polémique après avoir signé en septembre dans Le Monde une critique sévère d’un autre livre de la première sélection, La Carte postale par Anne Berest. Pour l’Académie, le but est de « respecter le secret du vote ».

Comme le laissaient entendre son président Didier Decoin et son secrétaire Philippe Claudel, le jury du plus prestigieux des prix littéraires français a agi rapidement pour apaiser les critiques sur l’opacité de ses procédures et les conflits d’intérêts.

La deuxième sélection dévoilée mardi, avec neuf titres, montre deux éliminations qui contrastent avec l’enthousiasme de la critique littéraire et des lecteurs, celle de Feu de Maria Pourchet et d’Au printemps des monstres de Philippe Jaenada. Fait inhabituel à ce stade, elle ne comporte déjà plus de livre des éditions Gallimard, qui l’avaient emporté en 2020 avec L'Anomalie d'Hervé Le Tellier.

La deuxième sélection du Goncourt 2021 :

- Christine Angot, Le Voyage dans l’Est (Flammarion)

- Anne Berest, La Carte postale (Grasset)

- Sorj Chalandon, Enfant de salaud (Grasset)

- Louis-Philippe Dalembert, Milwaukee Blues (Sabine Wespieser)

- Agnès Desarthe, L’Éternel Fiancé (L’Olivier)

- Clara Dupont-Monod, S’adapter (Stock)

- Abel Quentin, Le Voyant d’Étampes (L’Observatoire)

- Mohamed Mbougar Sarr, La Plus Secrète Mémoire des hommes (Philippe Rey)

- Tanguy Viel, La Fille qu’on appelle (Minuit)