Melvin Van Peebles, figure de la Blaxploitation, est mort

CINEMA Melvin Van Peebles s'est imposé comme l'un des pionniers du cinéma noir américain

L. Be.
— 
Melvin Van Peebles à New York en 2015
Melvin Van Peebles à New York en 2015 — Erik Pendzich/REX Shutt/SIPA

Melvin Van Peebles figure de la Blaxploitation et père de l’acteur Mario Van Peebles, est mort ce mardi soir à son domicile de Manhattan. Il avait 89 ans. Sa famille a annoncé son décès dans un communiqué diffusé par Criterion Collection et par la presse spécialisée américaine.

« Papa savait que les images noires comptent, écrit son fils Mario Van Peebles dans la communication. Si une image vaut 1.000 mots, que vaut un film ? Nous voulons le succès que nous voyons, donc nous avons besoin de nous voir libérés. La vraie libération ne signifiait pas imiter la mentalité du colonisateur. Cela signifiait apprécier le pouvoir, la beauté et l’interconnectivité de tous les gens ».

Le film indépendant le plus rentable de l’histoire

Avec Sweet Sweetback’s Baadasssss Song, sorti en 1971, Melvin Van Peebles s’est imposé comme l’un des pionniers du cinéma noir américain. Cette œuvre à petit budget suit un homme qui se produit dans des spectacles pornographiques et qui tue deux policiers racistes parce qu’ils passaient à tabac un militant des Black Panthers.

« Je ne savais même pas que j’avais un héritage », avait-il confié au New York Times en 2010. « Je fais ce que j’ai envie de faire ». Sweet Sweetback, qu’il a écrit, réalisé et financé, et dont il tient le rôle principal, était sorti dans seulement deux cinémas mais grâce au bouche-à-oreille, il a fini par rapporter 10 millions de dollars, en faisant le film indépendant le plus rentable de l’histoire à l’époque, selon le Hollywood Reporter.