Rennes : Comment les Trans Musicales se préparent à remettre le son

MUSIQUE Annulé l’an dernier, le festival fait son grand retour avec une 43e édition qui se tiendra dans son format habituel du 1er au 5 décembre

Jérôme Gicquel
— 
Illustration du public en festival. Ici lors des Trans Musicales de Rennes en 2016.
Illustration du public en festival. Ici lors des Trans Musicales de Rennes en 2016. — C. Allain / 20 Minutes
  • Annulé l’an dernier en raison de la crise sanitaire, le festival des Trans Musicales se tiendra cette année du 1er au 5 décembre à Rennes.
  • Contrairement aux festivals qui se sont maintenus cet été, les Trans devraient se dérouler dans leur format habituel.
  • Près de 85 groupes de 32 nationalités sont à l’affiche de cette 43e édition.

Un long week-end de déprime sans hip-hop japonais ou électro polonaise pour s’ambiancer. Privée de Trans Musicales pour la première fois depuis 1979 et la création du festival, Rennes avait démarré l’hiver sans sa dose de vitamines l’an dernier. Il y avait bien eu, faute de mieux, quelques concerts filmés mais en plein second confinement, le cœur n’était pas vraiment à la fête.

Après deux ans de disette, la capitale bretonne s’apprête donc à retrouver un peu de folie avec le retour tant espéré du festival qui a fait sa renommée. Et contrairement aux rendez-vous de l’été, comme les Vieilles Charrues ou la Route du Rock, c’est dans une configuration habituelle que les Trans devraient se tenir du 1er au 5 décembre.

« Après l’annulation de l’an dernier, on n’imaginait pas repartir sur une édition dégradée, souligne Erwan Gouadec, directeur délégué du festival. Les conditions sanitaires nous permettent aujourd’hui de rendre ça possible mais on reste vigilant quant à l’évolution de la situation. » Si les concerts reprennent progressivement, la jauge reste en effet toujours limitée à 75 % en intérieur.

« On attend d’en savoir plus mais ce n’est pas la même chose d’accueillir 13.000 ou 10.000 personnes au Parc Expo », souligne Erwan Gouadec. Les organisateurs ne savent pas non plus si les festivaliers devront présenter leur pass sanitaire ou un test négatif avant de plonger dans l’esprit des Trans. « On avait bossé sur une dizaine de scénarios l’an dernier donc je suis confiant dans notre capacité d’adaptation », sourit le directeur délégué.

Certains artistes prévus en 2020 reprogrammés

En dépit de ces aléas, les Trans resteront fidèles à leur ADN avec une programmation (lire encadré) qui explorera encore les sonorités mondiales avec près de 85 groupes de 32 nationalités qui se succéderont sur scène. On y retrouve certains noms, comme Andrea Laszlo de Simone, Lujipeka (membre de Columbine) ou Loharano qui étaient initialement programmés en 2020. « On a conservé environ un tiers de la programmation de l’an dernier, notamment des jeunes groupes que l’on accompagne », indique Mathieu Gervais, co-programmateur des Trans avec l’historique Jean-Louis Brossard.

Pour le reste, les deux têtes chercheuses ont encore fouiné pour dénicher les pépites musicales de demain, passant beaucoup de temps derrière leur ordinateur. « On aime bien voir les groupes sur scène avant de les programmer mais là ce n’était pas possible, souligne-t-il. Cette année, je n’ai fait que les Inouïs du Printemps de Bourges et je reviens tout juste du MIL à Lisbonne. On va donc découvrir certains groupes sur scène comme le public et c’est assez excitant ! ».

Tiersen, DJ Pone et un candidat de l’Eurovision à l’affiche

De l’électro-pop turque, du metal malgache, de la fusion balkanique ou du rock psychédélique chypriote. On ne change pas les Trans Musicales qui proposeront encore cette année une programmation cosmopilite et audacieuse. On retrouvera toutefois quelques noms connus comme Yann Tiersen, qui viendra présenter pour la première fois en live son nouveau projet électro, DJ Pone, ancien membre de la Fonky Familiy, ou Arnaud Rebotini, qui sera sur scène avec le groupe Cheap House. Dadi Freyr, candidat représentant l’Islande lors du dernier concours de l’Eurovision, est également à l’affiche de cette 43e édition.