« Parasite » : France 3 fait « le pari » de diffuser la Palme d’or 2019 en prime time

TELEVISION Ce lundi, France 3 diffuse le film multi-récompensé de Bong Joon-ho, à 21h05. C’est la première fois qu’une œuvre sud-coréenne est programmée sur la chaîne en prime time

Fabien Randanne
— 
Park So-dam et Choi-woo Sik dans Parasite, film de Bong Joon-ho.
Park So-dam et Choi-woo Sik dans Parasite, film de Bong Joon-ho. — The Jokers / Les Bookmakers
  • Parasite, Palme d'or 2019 et Oscar 2020 du meilleur film, est diffusé ce lundi à 21h05 sur France 3.
  • La diffusion de ce film sud-coréen est un « pari », estime Manuel Alduy, directeur du cinéma au sein de la direction des programmes de France Télévisions : « C’est quand même très différent de ce que l’on propose d’habitude. »
  • « Parasite, c’est une histoire formidable et très accessible pour un public qui n’est pas forcément habitué au cinéma sud-coréen », souligne également Manuel Alduy au sujet du film phénomène qui a attiré près de 2 millions de personnes dans les salles françaises.

C’est une grande première pour France 3. Jamais jusqu’à la diffusion de Parasite, à 21h05 ce lundi, la chaîne n’avait programmé de film sud-coréen en prime time. Faut-il encore présenter ce long-métrage de Bong Joon-ho ? Reparti du Festival de Cannes 2019 avec la Palme d’or puis des Oscars, quelques mois plus tard, avec quatre statuettes, dont celle du meilleur film et du meilleur réalisateur, il a attiré près de 2 millions de personnes dans les salles françaises.

Malgré son aura de classique instantané, sa diffusion dans la case horaire la plus exposée de la télévision française est pour France 3 un « pari », estime Manuel Alduy, le directeur du cinéma au sein de la direction des programmes de France Télévisions. « C’est quand même très différent de ce que l’on propose d’habitude, reconnaît-il. On est aussi dans un contexte de début de vacances, il faudra voir comment cela se passe. »

Palme à succès

Si l’on regarde les scores d’audience les plus récents des dernières Palme d’or, le bilan est en demi-teinte. Une affaire de famille, sacré en 2018, a réuni 1.06 million de personnes sur Arte le 26 mai. Sur la même chaîne, un an plus tôt, The Square, primé en 2017, avait dû se contenter de 669.000 curieux. Le 19 mai 2019, Moi, Daniel Blake, récompensé en 2016, avait été suivi sur France 2 par 2.35 millions de cinéphiles, loin derrière les 6 millions qui, au même moment, lui ont préféré Sully avec Tom Hanks sur TF1. Quant à Dheepan, dernière Palme française en date, il avait, en novembre 2018, avec 1.8 million de téléspectateurs et téléspectatrices, permis à la deuxième chaîne de terminer au pied du podium dominé ce soir-là par TF1 grâce aux 5.87 millions de fans des Tuche 2.

Il est cependant important de rappeler que Parasite est bien plus fédérateur que les films cités. Il est le plus gros succès d’une Palme d’or au box-office français au XXIe siècle, après Fahrenheit 9/11, documentaire aux 2.4 millions d’entrées en 2004. « A chaque fois qu’on croit prendre de l’avance sur l’intrigue, le réalisateur trouve un moyen de déjouer les attentes pour les remplacer par ses idées plus originales et culottées les unes que les autres. Il ne laisse pas le temps de souffler, ni au public, ni même à ses personnages », écrivait Caroline Vié, journaliste cinéma de 20 Minutes alors que le film venait d’être projeté sur la Croisette. Elle promettait le meilleur destin à cette fable « bien troussée » qui « donne envie d’y retourner illico ».

« Pas de côté »

« Parasite, c’est une histoire formidable et très accessible pour un public qui n’est pas forcément habitué au cinéma sud-coréen », souligne Manuel Alduy qui compte sur « l’effet loupe » du Festival de Cannes dont la 74e édition s’ouvre mardi « pour que le public prenne le risque de venir le voir » sur France 3. « On a déjà fait des pas de côté sur des films qui, sur le papier, n’étaient pas forcément évidents pour une diffusion sur une chaîne en clair. Je pense aux Chatouilles, sur le sujet des violences faites aux enfants, qui en mars a atteint 3.7 millions de téléspectateurs alors qu’il n’était pas millionnaire en salle. »

Parasite sera par ailleurs disponible en rattrapage sur France.tv pendant une semaine. « On veut se donner la chance qu’il touche le public le plus large possible », glisse le directeur du cinéma chez France Télés. La mission semble loin d’être impossible. En revanche, France 3 diffusera ce lundi, à 23h15, juste après le film de Bong Joon-ho, Happy End de Michael Haneke. Reparti bredouille du Festival de Cannes 2017, ce film avait à peine dépassé les 85.000 entrées en salle. Voilà l’autre – le principal ? – pari de programmation de la chaîne.

Un peu plus de Cannes...

France 3 proposera également une soirée cinéma à la thématique cannoise le lundi 12 juillet. La soirée commencera avec Everybody Knows d'Ashgar Farhadi. Porté par Penelope Cruz et Javier Bardem, ce film fit l'ouverture du Festival de Cannes en 2018. Puis à 23h20, place au Redoutable de Michel Hazanavicius. En 2017, Louis Garrel était l'un des favoris au prix d'interprétation pour son incarnation de Jean-Luc Godard, mais il est reparti bredouille de la Croisette.