Tutelle de Britney Spears: Le cri du cœur de la chanteuse pour retrouver le contrôle de sa vie et de son corps

JUSTICE Britney Spears a demandé à un tribunal californien de lever une tutelle « abusive », assurant que son père, qui la contrôle en partie, méritait « d’aller en prison »

P.B. avec AFP

— 

#FreeBritney : Retour sur les difficultés que vit la chanteuse depuis treize ans — 20 Minutes

Elle a attendu treize ans pour s’exprimer, et elle a cassé Internet. Mercredi, la chanteuse Britney Spears a supplié une juge de lever la tutelle qui lui a été imposée depuis 2008 à la suite de troubles psychologiques, et qui la prive de son pouvoir décisionnaire et de son autonomie. Croulant sous les requêtes de connexion de journalistes et de fans du mouvement #FreeBritney, le site Web de la cour supérieure de Los Angeles, qui proposait un flux audio de l’audience, n’a pas résisté.

« Je veux juste reprendre le contrôle de ma vie, ça fait treize ans et ça suffit », a lancé la pop star qui s’exprimait, à sa demande expresse, lors d’une audience menée via Internet. Sa tutelle couvre à fois la gestion de son patrimoine et de sa carrière, que cogèrent désormais son père, Jamie Spears, et une institution financière, mais aussi sa vie personnelle, sous le contrôle d’une tutrice professionnelle, notamment chargée de faire la liaison entre Britney Spears et les médecins qui la suivent.

« Je veux pouvoir me marier et avoir un enfant »

« Je ne suis pas heureuse, je ne dors pas, je suis tellement en colère, et je suis déprimée. Mon père et toutes les personnes en charge de cette tutelle, y compris mon management, ils devraient être en prison », a tonné la chanteuse de 39 ans.

« Je veux pouvoir me marier et avoir un [troisième] enfant », a-t-elle continué, assurant qu’elle n’avait pas été autorisée faire retirer son stérilet, en sous-entendant que c’était pour la contraindre de continuer à travailler. Dans une brève déclaration lue devant le tribunal, Jamie Spears a dit être « désolé de la voir dans une telle souffrance » et affirmé qu’il aimait « beaucoup » sa fille.

Saluant la prise de parole de Britney Spears, la juge a indiqué que cette dernière devait désormais formellement demander la levée de sa tutelle, et que son recours serait examiné à une date ultérieure. Elle aura également le droit de remercier son avocat qui lui avait été imposé, et pourra embaucher le conseil de son choix. Un début de liberté.