Rave-party à Redon : La gendarmerie a mis fin à la fête «pour faire cesser la musique»

MOBILISATION Ce teknival interdit était organisé en hommage à Steve Maia Caniço, jeune Nantais mort noyé dans la Loire il y a deux ans lors de la Fête de la musique 

B.Ch. avec AFP

— 

Il y a toujours des teufeurs et de la musique ce samedi à la rave party illégale de Redon.
Il y a toujours des teufeurs et de la musique ce samedi à la rave party illégale de Redon. — LOIC VENANCE / AFP

L’opération d’évacuation de la rave-party à Redon (Ille-et-Vilaine) est « terminée », a annoncé samedi le préfet Emmanuel Berthier, se félicitant qu’elle se soit déroulée « sans anicroche ». La veille, d'importants affrontements avaient éclaté en marge de cette rave party organisée en hommage à Steve Maia Caniço. Un homme de 22 ans avait été grièvement blessé et avait perdu sa main.

L’intervention avait été lancée peu après 17h pour « mettre un terme à un rassemblement interdit » et « faire cesser la musique », a-t-il dit, indiquant qu’il y avait eu « une dizaine d’interpellations au total », six blessés légers parmi les forces de l’ordre et un blessé léger côté participant, en plus de ceux de la nuit. L’objectif était de « neutraliser les sons, l’objectif a été atteint », a-t-il ajouté.

Violences et peurs

Emmanuel Berthier a salué « la très grande maîtrise de la force ». Revenant sur des affrontements survenus dans la nuit, il a déclaré : « Cette nuit on a eu très peur ». La rave-party avait continué dans la journée après les affrontements de la nuit.

Vendredi soir, vers 22h30, les gendarmes avaient tenté d’empêcher l’installation de ce teknival interdit et organisée en hommage à Steve Maia Caniço, jeune Nantais mort noyé dans la Loire il y a deux ans lors de la Fête de la musique.

De violents affrontements avaient suivi pendant plusieurs heures et fait plusieurs blessés côté gendarmerie et participants. Un jeune homme de 22 ans a « perdu une main », avait notamment indiqué le préfet Emmanuel Berthier. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour éclaircir les circonstances de cette grave blessure.