Romain Bouteille, comédien cofondateur du Café de la gare, est mort

DISPARITION L'humoriste et comédien est décédé lundi à l'âge de 84 ans

20 Minutes avec AFP
— 
Romain Bouteille, en avril 2017.
Romain Bouteille, en avril 2017. — Henri Collot/SIPA

Il était une figure des prémices du café-théâtre en France. Romain Bouteille, cocréateur du Café de la gare parisien, est décédé lundi. Il avait 84 ans. Il « s’est éteint dans la soirée à l’hôpital de Corbeil-Essonnes. Depuis quelque temps, il avait une insuffisance rénale. C’est une insuffisance respiratoire qui l’a emporté, » a informé son épouse, Saïda Churchill, elle-même comédienne et programmatrice culturelle de la ville d’Etampes ( Essonne).

Né en 1937, Romain Bouteille fut l’un des hérauts du théâtre libertaire et anarchiste. Il a écrit une trentaine de pièces et des dizaines de sketchs joués en troupe ou en solo. Comédien, Romain Bouteille a tourné aussi dans de nombreuses séries pour la télévision comme Les Raisins verts de Jean-Christophe Averty et Les Saintes Chéries de Jean Becker avec Micheline Presle.

« Ni réel travail, ni obéissance »

Au cinéma, Romain Bouteille a tourné une trentaine de longs-métrages sous la direction de Louis Malle, Jean Girault, Michel Audiard, Jules Dassin, Jacques Demy… En 2011, il était à l’affiche au théâtre de Tout est bien qui finit bien de Shakespeare dans une mise en scène de Pierre Beffeyte. « Ma vocation artistique s’est dessinée vers 1955 sous l’angle : trouver un job qui permette de se lever à n’importe quelle heure et ne suppose ni diplôme, ni réel travail, ni obéissance », racontait-il en 2005.

Le Café de la gare, « premier et dernier théâtre en anarchie réelle » selon Romain Bouteille, a ouvert en juin 1969 dans les locaux d’une ancienne fabrique passage d’Odessa, près de la gare Montparnasse à Paris. L’équipe rassemble autour de Romain Bouteille et du jeune Michel Colucci, qui connaîtra la gloire sous le nom de Coluche, une bande d’aspirants comédiens, dont bon nombre connaîtront le succès, à l’image de Miou-Miou ou Patrick Dewaere.

« Ce qu’il ne m’a pas appris, je le lui ai piqué », disait Coluche

Devenu trop petit, le théâtre a déménagé en 1972 dans un local plus vaste, rue du Temple. Coluche quitte alors le « Café » et dira de Romain Bouteille : « Ce qu’il ne m’a pas appris, je le lui ai piqué ». « Nous sommes dévastés d’apprendre le décès de Romain Bouteille. Les mots nous manquent pour l’instant. Ils viendront sans doute plus tard. Pour l’instant, nos pensées vont à sa femme Saïda et son fils », a tweeté Le Café de la gare.

Pour Pierre Lescure, président du Festival de Cannes et ancien président de Canal+, Romain Bouteille était « un créatif révolutionnaire, l’équilibre parfait du soliste qui n’aime rien tant que la troupe (…) un être humain impeccable ». « Romain Bouteille était une sorte de génie du non-sens. Il avait aussi celui de se foutre de la célébrité. Je l’admirais beaucoup. Et je suis très triste », a de son côté réagi Pierre Richard.