Benoît Sokal, dessinateur et créateur du jeu vidéo « Syberia », est décédé

CULTURE Le dessinateur belge est mort des suites d'une longue maladie à Reims

20 Minutes avec AFP

— 

Benoît Sokal est mort à l'âge de 66 ans
Benoît Sokal est mort à l'âge de 66 ans — AFP

C’est l’un des plus grands noms du neuvième art qui s’en va. Le Belge Benoît Sokal, auteur de BD avec l’inspecteur Canardo et créateur de jeux vidéo célèbres comme L’Amerzone, est décédé vendredi à l’âge de 66 ans, a annoncé ce samedi le dessinateur François Schuiten. L’artiste est décédé des suites d’une longue maladie à Reims où il vivait depuis de nombreuses années, selon son ami qui collaborait avec lui pour la BD Aquarica(2017).

L’inspecteur à la tête de canard est d’abord apparu dans le magazine de BD, A Suivre, avant que les enquêtes de ce privé désabusé et alcoolique ne soient publiées par Casterman au début des années 1980. Plus d’une vingtaine d’albums, certains traduits en dix langues, ont été publiés jusqu’en 2018 avec le dernier de la série, Un con en hiver.

« Canardo est une série très importante. C’est l’antihéros parfait, un alcoolique insupportable, qui a beaucoup de tares. A la fin des années 1970, c’est un personnage qui va devenir l’un des emblèmes d’A Suivre, qui a révélé beaucoup d’auteurs », rappelle François Schuiten. Benoît Sokal concevait à la fois les dessins et les scénarios de l’Inspecteur Canardo.

Un talent autant reconnu dans le dessin que dans le jeu vidéo

Sokal avait commencé des études de vétérinaire avant d’entrer à l’Institut des arts Saint-Luc de Bruxelles, sa ville de naissance. Il a notamment été influencé par le dessinateur animalier René Hausman et son univers féerique. « Pour lui, les animaux pouvaient révéler quelque chose de plus unique, de plus cinglant que ce qu’il pouvait faire avec des personnages humains », souligne François Schuiten.

A la fin des années 1990, Sokal s’est aussi lancé avec succès dans les jeux vidéo avec L’Amerzone (1999) ou la série Syberia (2002) dont le troisième opus est sorti en 2017 avant un quatrième auquel il travaillait au moment de son décès. « Dans l’univers des jeux vidéo, il avait une touche très personnelle, un univers très original, c’est assez rare », estime François Schuiten.

Schuiten, qui a travaillé plusieurs années avec lui sur le scénario des premier et deuxième volumes d’Aquarica, dont Benoît Sokal réalisait les dessins, achèvera les dernières pages de l’album dont la sortie est prévue l’année prochaine.