Eurovision 2021: Qui sont les Måneskin, le groupe italien qui a remporté le concours?

MUSIQUE Les Måneskin, qui ont triomphé à Rotterdam dans la nuit de samedi à dimanche, étaient des stars en Italie bien avant le concours

Fabien Randanne

— 

Le 23 mai 2021, les Maneskin s'amusent avec le trophée de l'Eurovision qu'ils viennent de remporter.
Le 23 mai 2021, les Maneskin s'amusent avec le trophée de l'Eurovision qu'ils viennent de remporter. — AFP or licensors
  • Le groupe italien Måneskin a remporté samedi à Rotterdam (Pays-Bas) l’Eurovision 2021 avec la chanson Zitti e buoni.
  • « On veut dire aux jeunes qui nous écoutent qu’il faut être soi-même », a réagi Victoria de Angelis, la seule fille du quatuor, lors de la conférence de presse.
  • Le groupe, formé en 2016, s’est fait connaître par le télécrochet X Factor. Ses deux albums, sortis en 2018 et en mars derniers ont été couronnés de succès.

 

De notre envoyé spécial à Rotterdam (Pays-Bas)

Une chanson rock qui gagne l' Eurovision, cela n’arrive presque jamais. En 2006, les Lordi, cohorte de monstres venus de Finlande, l’avaient emporté avec un Hard Rock Hallelujah devenu culte. Michel Drucker, qui commentait le concours cette année-là, ne s’en est jamais remis.

Quinze ans plus tard, les Måneskin entrent à leur tour dans la légende, avec un morceau en italien : Zitti e buoni. Un titre que l’on pourrait traduire par « Taisez-vous et restez sages ». Leur chanson défend le message contraire : se jouer des conventions, refuser de se soumettre aux injonctions, s’assumer pleinement face aux moralisateurs. « On veut dire aux jeunes qui nous écoutent qu’il faut être soi-même, ne pas faire attention aux commentaires stupides. Il faut que les gens ouvrent leurs esprits et arrêtent de juger les autres », a réagi Victoria de Angelis, la seule fille du quatuor, lors de la conférence de presse.

En février, les Måneskin avaient révolutionné le Festival de Sanremo. Cette institution de la chanson italienne, généralement portée vers les ballades et performances vocales, a été secouée par leur énergie rock. L’Italie, en plein couvre-feu, sérieusement éprouvée par la pandémie de Covid-19, les a fait triompher. Il y avait dans leur performance scénique quelque chose qui vibrait d’un retour à l’action, au mouvement, à la fête, à la pinte de bière tiède avalée dans une salle de concert embaumant la sueur. Leur victoire à domicile leur a ouvert les portes de l’Eurovision.

Une collection de disques de platine

Samedi soir, quatrièmes du palmarès des jurys professionnels, ils ont fini par dépasser tout le monde avec les votes du public en faisant un bond de 318 points. Qu’ils se soient imposés n’est pas une surprise. Les bookmakers les avaient désigné grands favoris, devant la Française Barbara Pravi : leur prédiction s’est confirmée. Mais surtout, les écoutes de Zitti e buoni, double disque de platine en Italie, frémissaient à l’international. Dans un communiqué, Spotify faisait savoir que cette chanson était la plus streamée de l’édition 2021 sur sa plateforme dans le monde. En France, elle a été la plus écoutée après Voilà et, à l’heure du vote, le public français lui a attribué dix points.

A la fin de l’année, le groupe partira en tournée en Italie où il fédère une légion de fans transis. Créé en 2016, le rock band, a choisi un mot danois signifiant « clair de lune », en guise de clin d’œil aux origines scandinaves de Victoria. L’année d’après, il s’est révélé au grand public en finissant deuxième du télécrochet X Factor. Leur premier album, Il ballo della vita, sorti à l’automne 2018 et porté par les tubes Morirò da re et Torna a casa, a été sacré triple disque de platine. Leur dernier opus, Teatro d’ira : Vol. 1, paru en mars, n’aura aucun mal à faire au moins aussi bien.

S’ils lorgnent vers le rock, les Måneskin ne sont cependant pas en rupture totale avec la pop à l’italienne. Ils appartiennent à cette jeune génération d’artistes transalpins naviguant d’un genre musical à l’autre, en les mélangeant parfois. De même qu’un Mahmood ou un Achille Lauro, ils investissent une esthétique glamour, androgyne, éloignée des codes et normes hétéro et détonnent dans une Italie où le machisme ambiant demeure.

Le chanteur Damiano David a le titre d’une chanson des Cure tatouée sur la peau : « Boys don’t cry » («Les garçons ne pleurent pas »). Sauf que le « don’t » est barré et surmonté d’un « do », corrigeant la phrase en « Les garçons pleurent ». Après la victoire à l’Eurovision, ce ne sont cependant pas ses larmes qui ont coulé en conférence de presse, mais le champagne.