Le mangaka Kentaro Miura, auteur du chef d’œuvre « Berserk », est mort à 54 ans

DECES « Berserk », l’œuvre de sa vie, ne connaîtra donc pas de fin

V. J. avec AFP
— 
Kentarō Miura prend son temps entre chaque tome du manga «Berserk» parce qu'il est perfectionniste, et difficile de lui donner tort, nan mais regardez moi ça comme c'est beau
Kentarō Miura prend son temps entre chaque tome du manga «Berserk» parce qu'il est perfectionniste, et difficile de lui donner tort, nan mais regardez moi ça comme c'est beau — BERSERK © Kentaro Miura 1990 / HAKUSENSHA, Inc.

« Je prie pour réussir à finir Berserk de mon vivant », confiait Kentaro Miura à la sortie du tome 40 chez Glénat en 2019. Malheureusement, l’auteur et dessinateur de génie est mort à l’âge de 54 ans, a annoncé jeu le magazine Young Animal, qui publie son manga médiéval et fantastique depuis plus de 30 ans. « Kentaro Miura s’est éteint le 6 mai dernier, victime d’une dissection aortique », écrit sur Twitter le magazine de la maison d’édition japonaise Hakusensha, présentant ses condoléances et exprimant aussi son « immense respect » et sa « gratitude ».

Un chef d’oeuvre de la dark fantasy

Ancré dans un univers dit dark fantasy, à l’ambiance sombre et apocalyptique, Berserk, paru pour la première fois en 1989, raconte l’histoire de Guts, un guerrier solitaire traqué par des forces obscures qui cherche à se venger de son ancien maître. Publié par épisodes dans le magazine Young Animal, Berserk faisait également l’objet d’une diffusion en manga, dont les 40 tomes parus à ce jour se sont écoulés à plus de 50 millions d’exemplaires dans une quinzaine de pays, dont la France.

Cette oeuvre toujours en cours avait aussi fait l’objet d’adaptations en série animée, en roman, en films d’animation au cinéma ou encore en jeux vidéo. Avec sa violence graphique et son dessin très détaillé, Berserk a fortement influencé d’autres productions culturelles, comme les séries de jeux vidéo japonais Demon’s Souls et Dark Souls.

« J’ai pris conscience que la vie n’est pas éternelle »

« À l’époque où j’ai débuté la série, je m’occupais moins de sa fin que de raconter une histoire qui se terminerait tôt ou tard. Mais aujourd’hui où j’ai pris conscience que la vie n’est pas éternelle, c’est en prenant soin de ma santé que je tente de boucler la série, expliquait-il pour la sortie du tome 40. Le principal changement est que je suis devenu plus lent. J’ai l’impression d’être dans un vaisseau spatial qui fonce vers un trou noir, et à mesure qu’il s’en approche, l’écoulement du temps est modifié. Quand je travaille sur le manga, je n’ai pas la sensation que le temps s’écoule différemment et pourtant, il file en un éclair. »