Coronavirus : Le concert-test d'Indochine à Paris manque encore de volontaires

EXPERIMENTATION Comme l’a expliqué l’un des organisateurs à Francetvinfo, il faudrait 5.000 personnes supplémentaires pour mener à bien l'expérimentation

C.W.
— 
Indochine se produira lors d'un concert test à Paris fin mai.
Indochine se produira lors d'un concert test à Paris fin mai. — JP PARIENTE//NMA2020/SIPA

Des spectateurs refroidis par le protocole sanitaire ? Le 29 mai, un concert test d’Indochine est prévu à l’AccorHotels Arena à Paris, une expérience inédite en France pour permettre une reprise progressive, à la rentrée, des grands événements culturels. Pour cela, les organisateurs de cet événement, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et le syndicat national du spectacle musical et de variété (Prodiss), ont besoin de 7.500 personnes : 5.000 qui assisteront au concert, 2.500 qui n’y assisteront et qui seront analysées en comparaison.

Mais comme le rapporte le site de Francetvinfo, il manque encore 5.000 volontaires pour atteindre le nombre des 20.000 visés. « On a effectivement le nombre aujourd’hui, mais il faut que nous soyons au-delà du nombre car ensuite il y a tout le processus de rentrer dans le protocole scientifique avec des critères d’inclusion précis définis par l’AP-HP et ensuite un système de tirage au sort », a expliqué Malika Séguineau, directrice générale du Prodiss.

Un protocole assez contraignant

Il faut dire que les conditions pour participer à ce concert test sont assez contraignantes. Pour tenter sa chance, il faut s’inscrire sur le site ambitionliveagain.org, en vue d’un tirage au sort. Pour prétendre à la sélection, il faut résider en Ile-de-France, avoir entre 18 et 45 ans, ne présenter aucun symptôme du Covid-19 et ne pas avoir été en contact avec une personne testée positive dans les deux dernières semaines.

Les 5.000 sélectionnés devront ensuite se rendre dans les trois jours avant le concert à l’AccorHotels Arena afin de réaliser un premier test rapide antigénique. Le jour J, elles devront se munir de leurs résultats négatifs pour accéder à la salle, et seront soumises à un second test, salivaire cette fois-ci. Enfin, une semaine après, les 7.500 participants de l’expérimentation devront effectuer un autoprélèvement salivaire, et l’envoyer par courrier dans une enveloppe qui leur sera fournie préalablement. Un protocole trop strict, même quand on est ultra fan d’Indochine ?