Miss Univers : Miss Mexique décroche le titre, Miss France dans le top 21

CONCOURS DE BEAUTE « C’est un résultat assez incroyable », a assuré Amandine Petit auprès de LCI

C.W. avec AFP

— 

Miss Mexique a été sacrée Miss Univers en Floride dimanche soir.
Miss Mexique a été sacrée Miss Univers en Floride dimanche soir. — Rodrigo Varela / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Andrea Meza, Miss Mexique, a été couronnée Miss Univers dimanche aux Etats-Unis. Vêtue d’une robe de soirée rouge étincelante, la jeune femme de 26 ans a terminé devant les finalistes brésilienne et péruvienne, lors d’un show animé depuis Hollywood, en Floride, par les Américains Mario Lopez et Olivia Culpo.

Elle a battu plus de 70 concurrentes pour remporter ce 69e titre de Miss Univers, et succéder à la Sud-Africaine Zozibini Tunzi, Miss Univers 2019. C’est un panel de huit femmes qui a désigné la gagnante. Après un passage très remarqué en Marianne lors du National Costume Show jeudi, Amandine Petit, Miss France 2021, s’est, elle, finalement hissée dans le top 21 des participantes mais n'a pas pu accéder au top 10. « Un résultat assez incroyable avec beaucoup de travail derrière, une belle préparation », a-t-elle expliqué auprès de LCI.

Un concours marqué par des prises de position

Durant la cérémonie, Miss Birmanie, Thuzar Wint Lwin, a profité de la compétition pour dénoncer le coup d’Etat qui a renversé l’ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi. « Notre peuple meurt et se fait tirer dessus par l’armée tous les jours », avait-elle lancé dans sa vidéo de présentation – avant la finale du concours – avec des photos d’elle participant aux manifestations anti-junte. « Par conséquent, je voudrais exhorter tout le monde à parler de la Birmanie », avait ajouté la jeune femme.

Miss Singapour, Bernadette Belle Ong, a également profité du concours du plus beau costume traditionnel pour dénoncer les discriminations contre les Asiatiques. Vêtue d’un body rouge scintillant et de cuissardes assorties, elle s’était retournée, révélant les mots « Stop à la haine contre les Asiatiques » sur sa cape aux couleurs du drapeau singapourien. « A quoi sert cette plateforme si je ne peux pas l’utiliser pour envoyer un message fort de résistance contre les préjugés et la violence ? », a-t-elle aussi écrit sur Instagram, à côté des photos de sa tenue.