Eurovision 2021: Barbara Pravi confirme son statut de favorite avec sa première répétition

MUSIQUE La chanteuse française, parmi les favorites du concours, a fait ce jeudi ses premiers pas sur la scène de la Ahoy Rotterdam (Pays-Bas) où se tiendra la finale de l'Eurovision le 22 mai

Fabien Randanne

— 

La chanteuse française Barbara Pravi, lors de sa première répétition sur la scène de la Ahoy Rotterdam (Pays-Bas), le 13 mai 2021.
La chanteuse française Barbara Pravi, lors de sa première répétition sur la scène de la Ahoy Rotterdam (Pays-Bas), le 13 mai 2021. — UER / Thomas Hanses
  • Barbara Pravi a effectué ce jeudi après-midi sa première répétition sur la scène de la Ahoy Rotterdam (Pays-Bas) où se tiendra la finale de l’Eurovision.
  • La scénographie de la chanteuse est proche de celle proposée sur France 2 fin janvier dans Eurovision France, c’est vous qui décidez.
  • Après son passage, Barbara Pravi a confirmé son statut de favorite en se classant en tête des pronostics des bookmakers. Cela lui met-il la pression ? « J’essaie de rester concentrée. Si je réfléchis à la place à laquelle je vais être classée, c’est fini », a répondu l’artiste en conférence de presse.

De notre envoyé spécial à Rotterdam (Pays-Bas)

Sa répétition était l’une des plus attendues de ce jeudi, et elle n’a pas déçu. En fin d’après-midi, Barbara Pravi a fait ses premiers pas sur la scène de la Ahoy Rotterdam (Pays-Bas) où se tiendra la finale de l’Eurovision le 22 mai. Alors qu’elle figure parmi les favorites de cette édition, journalistes et blogueurs, se demandaient si elle serait à la hauteur de ce statut.

Lorsque son visage est apparu sur les écrans de la salle de presse, accompagnée des premières notes de Voilà, le silence s’est fait – à l’exception de ce confrère qui, on ne sait pourquoi, s’est imaginé que le moment était parfait pour installer un pied de caméra. Et trois minutes plus tard, les applaudissements ont retenti : Barbara Pravi avait convaincu.

Un peu plus tôt, seuls les Italiens de Maneskin, avaient eu droit à un accueil aussi sonore après leur première répétition. Ils étaient d’ailleurs passés en tête des favoris, selon les bookmakers. Mais la Française n’a pas tardé à reprendre sa place au sommet. A l’heure où nous écrivons ces lignes, ses chances de victoires sont estimées à 21 % (contre 16 % pour les Transalpins) d'après le site Eurovision World, relatant les tendances du côté des professionnels des paris.

« Le concept même de l’Eurovision est une pression »

Est-ce que ça lui met la pression ? On lui a posé la question lors de la conférence de presse qui a suivi : « Je ne pense pas en ces termes. J’essaie de rester concentrée. Si je réfléchis à la place à laquelle je vais être classée, c’est fini, a répondu la chanteuse. Le concept même de l’Eurovision est une pression. J’essaie de constamment me recentrer sur le message que je veux faire passer avec ma chanson. »

Barbara Pravi a aussi dit que la scène lui semblait « immense », qu’il s’agissait de la plus grande qu’elle ait jamais vue. Et d’illustrer son propos avec amusement : « En France, quand je chante, la caméra est proche de moi. Là, elle est à 30 mètres. »

Sa scénographie reste pourtant intimiste, dans la lignée de celle qu’elle a proposé lors de la sélection tricolore, Eurovision France, c’est vous qui décidez, fin janvier. Si certains effets ont disparu – le regard apparaissant en gros plan sur un écran, le tapis d’étoiles –, d’autres ont été conservés et améliorés, à l’image de sa silhouette s’évaporant en donnant naissance à une nuée d’oiseaux stylisés. A la fin de la chanson, l’éclairage prend un ton violacé et la steadycam revient pour valser autour de l’artiste qui a peaufiné sa gestuelle tout au long de son interprétation.

« C’est de la haute couture »

La représentante française fera une deuxième répétition sur la grande scène samedi midi. D’ici là, certains aspects de la scénographie auront été retravaillés. « C’est de la haute couture. Il y a plein de détails… On veut la perfection, c’est du work in progress », confie Alexandra Redde-Amiel, la cheffe de délégation.

« Mon boulot est de chanter du mieux que je peux », reprend la chanteuse, laissant à cette dernière le soin de gérer l’aspect esthétique de ce tableau qui est « toute une question de lumières ». Alexandra Redde-Amiel confirme : « On veut la sublimer. » De quoi espérer que Barbara Pravi brille très haut à l’heure des résultats.