Bretagne : Tintin avec des femmes, des clopes… La justice donne raison à un artiste face aux ayants droit de Hergé

PARODIE La société Moulinsart a été condamnée ce lundi à indemniser l’artiste Marabout, qui mélange les univers de Tintin et de Hopper

C.A. avec AFP

— 

Illustration d'une statuette de Tintin et Milou, ici dans lors d'une vente aux enchères à Paris.
Illustration d'une statuette de Tintin et Milou, ici dans lors d'une vente aux enchères à Paris. — Michel Euler/AP/SIPA

La société Moulinsart a été déboutée de ses demandes. Ce lundi, les ayants droit de Hergé ont vu le tribunal de Rennes donner raison à l’artiste Xavier Marabout, un peintre installé dans le Morbihan qui se plaît à faire vivre des aventures folles à Tintin. Clope au bec, bière à la main, souvent entouré de pulpeuses jeunes femmes bien peu vêtues, le reporter à la houppette évolue dans un nouveau monde grâce aux œuvres du peintre breton. Son initiative de « mash-up », un procédé artistique de mélange d’œuvres très courant en musique, mixe l’univers des bandes dessinées de Hergé avec celui d’Edward Hopper, un peintre américain né à la fin du XIXe siècle.

Une idée qui n’a pas vraiment plu aux ayants droit de Hergé, qui avaient attaqué l’artiste en justice pour « contrefaçon » et « atteinte au droit moral ». Dans son délibéré, la chambre civile du tribunal judiciaire a reconnu « l’exception de parodie » et « l’intention humoristique » du peintre breton Xavier Marabout. « L’effet est constitué par l’incongruité de la situation au regard de la sobriété suivie de la tristesse habituelle des œuvres de Hopper et de l’absence de présence féminine aux côtés de Tintin », estime le tribunal.

« Aucun risque de confusion entre Marabout et Hergé »

Dans son délibéré, la chambre civile souligne en outre que Moulinsart S.A. « a dénigré » Xavier Marabout en écrivant à des galeries qui présentaient les œuvres de ce dernier et en indiquant que ses œuvres étaient contrefaisantes. La justice estime que l’artiste « sort de la critique » et « qu’il n’y a aucun risque de confusion entre Marabout et Hergé ».

La justice a même condamné la société à verser 10.000 euros de dommages et intérêts et 20.000 euros de frais d’avocat, a précisé Me Bertrand Emereux, conseil de l’artiste. Xavier Marabout, 53 ans, installé à Auray (Morbihan), s’est réjoui du jugement. « Au fond de moi-même c’est ce que j’espérais. Aujourd’hui le tribunal reconnaît la liberté d’expression et l’attitude de dénigrement, c’est une victoire sur toute la ligne ».

Un autre artiste français, Christophe Tixier, alias Peppone, qui a sculpté des bustes inspirés de l’intrépide journaliste, est poursuivi pour contrefaçon par Moulinsart. La décision du tribunal civil de Marseille sera connue le 17 juin.