Nice : « Le Petit Niçois » va faire apprendre le nissart aux « pichouns »

AU FIL DES PAGES La graphiste Sabrina Dailliez lance une collection de livres jeunesse reprenant les expressions de la langue local

Fabien Binacchi

— 

Les filles de Sabrina Dailliez sont ses premières lectrices
Les filles de Sabrina Dailliez sont ses premières lectrices — S. Dailliez
  • Dans ses livres, Sabrina Dailliez a voulu remettre au goût du jour « toutes les expressions [qu’elle] entendait de [sa] grand-mère ».
  • Au moins quatre premiers tomes du Petit Niçois sont prévus cette année.

Avec son « capèu » (chapeau), bien « pastissé » (recouvert) de crème solaire, Le Petit niçois est « à la plage » avec un bon pan-bagnat, et pas question d’être « rougne » (râleur) ou de faire des « cagades » (bêtises). Au risque qu’il monte la « bouffaïsse » à ses parents. Dans la collection de livres pour enfants qu’elle vient juste de lancer avec ce premier tome (Elix Editions, 12,90 euros), Sabrina Dailliez a voulu remettre au goût du jour « toutes les expressions [qu’elle] entendait de [sa] grand-mère ».

Le nissart, cette graphiste native de Nice, espère comme ça le faire découvrir aux « pichouns » et faire, par la même occasion, sourire leurs parents. Ces expressions, notamment popularisées par Noëlle Perna et la truculente « Mado la Niçoise », Sabrina Dailliez les distillent dans ses pages (en précisant évidemment leur traduction) avec « les conseils d’un expert », qui a corrigé pour elle « quelques fautes d’accent ».

L'auteure et illustratrice est graphiste de formation
L'auteure et illustratrice est graphiste de formation - S. Dailliez

« Il y a un peu de mon histoire dans tout ça »

« Je n’étais pas une experte. J’ai commencé à raconter des histoires à mes filles en y ajoutant deux ou trois mots en niçois et ça les a fait beaucoup rire », raconte la maman de 37 ans. En 2019, elle commence à griffonner sur sa tablette les visages de ses futurs personnages. « La grand-mère, je la voulais avec cette personnalité très forte et ses grosses lunettes rondes. Il y a un peu de mon histoire dans tout ça », souffle-t-elle.

Une histoire qu’elle veut transmettre de génération en génération. Aujourd’hui, d’ailleurs, c’est toujours sur deux enfants, âgées de 6 et 12 ans, qu’elle teste ces prochains livres, mix entre les aventures du Petit Nicolas et celles de Martine.

Après la plage, le Petit Niçois ira « à la campagne » dans un nouveau volume, à paraître courant mai. « En septembre, nous sortirons aussi une histoire autour du Babau, une espèce de croquemitaine d’ici qui lui fera très peur, précise encore l’auteure. Et juste avant Noël, ce sera un livre un peu différent, Le Petit Niçois gourmand, avec plein de recettes que j’aimerais rendre accessibles aux enfants. »