La chanteuse italienne Maria Ilva Biocati, plus connue comme Milva, est décédée à 81 ans

DISPARITION Malade depuis plusieurs années, l'artiste avait interprété certains des plus grands succès de la chanson italienne des années 1960 et 1970

20 Minutes avec AFP

— 

La chanteuse italienne Milva, en concert en Allemagne en 2000.
La chanteuse italienne Milva, en concert en Allemagne en 2000. — GEILERT/G.A.F.F./SIPA

La célèbre chanteuseitalienne Maria Ilva Biocati, plus connue comme Milva, est décédée à l’âge de 81 ans, ont annoncé ce samedi les médias italiens citant sa famille.

Milva, malade depuis des années, est morte vendredi soir à Milan (nord), a indiqué sa fille à l’agence Ansa. Elle avait interprété certains des plus grands succès de la chanson italienne des années 1960 et 1970 et sa chevelure rousse était connue bien au-delà des frontières de la péninsule.

« Milva a été l’une des interprètes les plus intenses de la chanson italienne. Sa voix a suscité des émotions intenses à des générations entières. Une grande italienne, une artiste partie de sa terre natale qui est montée sur les scènes internationales », a commenté le ministre de la Culture Dario Franceschini.

Polémiques et rivalités

Née le 17 juillet 1939 dans le village de Goro en Emilie-Romagne (Nord), Milva était entrée dans le paysage artistique de l’Italie à l’occasion de l’édition de 1961 du festival de la chanson de San Remo, le grand rendez-vous de la chanson transalpine, où elle s’était classée troisième. Outre ses qualités vocales, le public découvre aussi le tempérament volcanique de celle que l’on surnommait déjà « la panthère de Goro ».

Les polémiques, souvent retentissantes, ont accompagné une carrière qui a largement dépassé les frontières italiennes, son talent ayant été reconnu en Amérique latine, en Espagne, en France (où on l’a comparée à Edith Piaf) et surtout en Allemagne, pays dont elle a appris la langue.

Sa rivalité avec Mina, autre icône de la chanson italienne des années 1960 et 1970, a aussi marqué toute une génération d’Italiens même si cette concurrence artistique, montée en épingle par la presse, a été toujours été démentie par Milva elle-même.