« Napoléon l’influenceur » sur France 5 : Comment l’art a construit la légende de l’empereur

HISTOIRE France 5 diffuse ce vendredi à 20 h 50 un documentaire inédit qui retrace le rôle de l’art dans la construction du récit de la propagande napoléonienne

Carla Loridan

— 

La célèbre toile de David, Le sacre de Napoléon.
La célèbre toile de David, Le sacre de Napoléon. — Bangumi
  • Le documentaire Napoléon l’influenceur est diffusé ce vendredi à 20h50 sur France 5.
  • Il montre comment l’art a contribué à nourrir la propagande de l’empereur mais aussi à quel point, bien après sa mort, cette figure historique continue d’inspirer les artistes et la culture populaire.
  • Célébrer le bicentenaire de sa mort, c’est aussi faire remonter des polémiques à son sujet : pillage des œuvres, répression du droit des femmes dans son Code civil…

Et si Napoléon Bonaparte était l’instagrammeur de son époque ? C’est l’angle abordé par Napoléon l’influenceur, diffusé ce vendredi à 20h50 sur France 5. Représenté sur des tableaux, des pièces de monnaie, des assiettes, en sculpture, dans les films ou même en biscuit, l’empereur s’est érigé en pionnier de la propagande par l’image.

Deux cents ans après sa mort, il continue de fasciner les artistes qui le mettent en scène de son ascension à sa chute. Voici quelques exemples piochés parmi ceux qu’évoque le documentaire.

  • Dans la peinture

Le Sacre de Napoléon, toile la plus admirée au Louvre après La Joconde, est une illustration parfaite de la fascination des artistes pour Bonaparte. Si on observe de plus près l’œuvre de Jacques Louis David, on découvre que quelques invités de marque comme Jules César ou encore Letizia Bonaparte, la mère de Napoléon, se sont glissés dans le public de la cérémonie. Le premier, pour des raisons évidentes, n’a pas assisté au sacre, mais la deuxième, pourtant alors bien vivante, n’était pas davantage présente ce jour-là. C’est une flatterie du peintre envers l’empereur aux airs de Photoshop avant l’heure…

  • Dans la musique

Napoléon inspirait aussi les compositeurs de son temps. En 1803, Beethoven, fasciné par son côté libertaire, comptait lui dédier sa Symphonie nᵒ 3. Mais lorsqu’il a appris que le Premier Consul s’est fait couronner empereur, il a été furieux. Il a alors annulé sa dédicace et est allé jusqu’à remplacer le mouvement de marche triomphale en marche funèbre. Un siècle et demi plus tard, Napoléon est devenu une inspiration musicale pop, lorsque, en 1974, le groupe suédois ABBA remporte l’ Eurovision avec Waterloo. Le tube fait référence… à la seule défaite napoléonienne.

  • Au cinéma

Plus de mille. C’est le nombre de films et téléfilms réalisés autour du personnage de Napoléon depuis l’invention du cinéma, qui a vu le jour plusieurs décennies après sa mort. Charlie Chaplin a passé dix ans de sa vie à réaliser un film sur Napoléon. Mais c’était sans compter sur l’arrivée au pouvoir de Hitler, dont le dérivé farcesque a remplacé celui de l’empereur dans le premier rôle du Dictateur. Seules quelques inspirations napoléoniennes ont été conservées dans le film telle que  la scène mythique de la mappemonde montrant le personnage principal s’autoproclamer « empereur du monde ».

Deux cents ans après sa mort, l’art continue de s’emparer du personnage de Napoléon en mettant en avant son ambiguïté. Célébrer son bicentenaire c’est aussi faire remonter des polémiques à son sujet : pillage des œuvres, répression du droit des femmes dans son Code civil… D’autres facettes, au-delà du culte porté à sa personnalité, qu’explore le documentaire Napoléon l’influenceur.