« On danse chez vous » : « Le marathon de danse solidaire » revient samedi sur Instagram et Culturebox

SPECTACLE VIVANT Cours, performances et interviews rythmeront la deuxième édition d'« On danse chez vous » sur Instagram et Culturebox samedi, tout en appelant aux dons pour les étudiants en difficulté

Fabien Randanne

— 

La deuxième édition d'On danse chez vous, événement lancé par le chorégraphe Mehdi Kerkouche (au fond en pantalon blanc), passera par le plateau de Culturebox, le 24 avril à 20h10.
La deuxième édition d'On danse chez vous, événement lancé par le chorégraphe Mehdi Kerkouche (au fond en pantalon blanc), passera par le plateau de Culturebox, le 24 avril à 20h10. — DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE
  • La deuxième édition d’On danse chez vous se déroulera samedi dès 10h sur le compte Instagram@emkadanceproject, et entre 20h10 et 21h10 sur Culturebox.
  • Les artistes se succéderont chaque heure pour effectuer des chorégraphies, depuis divers lieux tels que l’Opéra de Paris ou le Mucem de Marseille, mais aussi pour donner de courtes leçons de danse à destination du grand public.
  • Ce « marathon de danse solidaire », créé par le chorégraphe Mehdi Kerkouche, vise également à récolter des dons destinés à la Fondation de France pour les étudiants en difficulté.

Entrez dans la danse, voyez comme ils dansent, dit, à peu près, la célèbre comptine. C’est en tout cas ainsi que l’on peut résumer le concept d’On danse chez vous dont la deuxième édition est organisée ce samedi, majoritairement en ligne via le compte Instagram  @emkadanceproject et sur la chaîne Culturebox.

Ce « marathon de danse solidaire » d’une journée a été lancé par le chorégraphe et danseur Mehdi Kerkouche lors du premier confinement, l’an passé. « Les artistes étaient enfermés chez eux. L’objectif était de remettre la lumière sur eux tout en se mobilisant pour la bonne cause, explique-t-il. Il y a eu des performances, des cours de danse, des talks [des entrevues] et notre but était de réunir des fonds pour la Fondation des hôpitaux de France. On a récolté 15.000 euros. »

Un événement « pour tout le monde »

Cette année, la cagnotte en ligne est destinée à la Fondation de France afin de venir en aide aux étudiants. Mehdi Kerkouche, « très sensible » à la crise que ces derniers traversent précise que les dons seront utilisés « pour les besoins de première nécessité, technologique et le soutien psychologique ».

Cette deuxième édition investira tout au long de ce samedi divers lieux culturels tels que l’Opéra Garnier et l’UGC Normandie, à Paris, l’Opéra royal du château de Versailles, le Mucem de Marseille… « Concrètement, chaque heure de la journée sera coupée en deux. La première demi-heure sera consacrée à un cours de danse et la deuxième à une performance ou à des interviews. Les cours sont donnés par des danseurs et chorégraphes reconnus. L’idée est d’aborder tous les genres pour apprendre des notions », détaille Mehdi Kerkouche insistant sur le fait que l’événement « n’est pas destiné à un public ultra-professionnel [et que] au contraire, tout le monde est le bienvenu » pour le suivre en ligne.

Danse classique, Lindy hop et waacking

Le coup d’envoi sera donné à 10 h, depuis le parc Disneyland Paris. « Un danseur étoile et une danseuse du ballet de l’Opéra de Paris donneront un cours de danse classique sur les airs de grands films Disney, précise le créateur du projet. Ensuite, on se baladera à l’Institut du monde arabe avec un cours de danse contemporaine, puis dans un studio de danse avec une danseuse de cabaret, puis à La Planque pour de la danse électro. On aura ensuite du dancehall, du hip-hop, des claquettes, du Lindy hop avec des danseurs de Danse avec les stars, du waacking à la Fondation Louis-Vuitton… »

Et de 20h à 21h10, On danse chez vous basculera sur la chaîne Culturebox temps d’une émission spéciale présentée par Daphné Bürki et Raphaël Yem. Le programme, enregistré mercredi, sera le seul rendez-vous à ne pas se dérouler en direct.

« L’an dernier, il y avait un tel élan après la première action, que cette année, tous les artistes ont dit oui spontanément et les lieux culturels ont accepté sans réfléchir d’ouvrir leurs portes, confie Mehdi Kerkouche. C’est le pouvoir de la danse, les gens savent que ce sera quelque chose de bienveillant, positif, rempli d’énergie… » Alors, dansez maintenant !