Eurovision 2021: « Barbara Pravi a la volonté et la niaque », estime Isabelle Aubret, gagnante du concours en 1962

MUSIQUE A un mois de la finale de l’Eurovision 2021, « 20 Minutes » a recueilli l’opinion d’Isabelle Aubret, victorieuse lors de l’édition 1962, sur la candidate française de cette année, Barbara Pravi

Fabien Randanne

— 

Les chanteuses Isabelle Aubret (en 2009) et Barbara Pravi (en 2021).
Les chanteuses Isabelle Aubret (en 2009) et Barbara Pravi (en 2021). — BENAROCH/SIPA - JOEL SAGET / AFP
  • Barbara Pravi représentera la France en finale de l’Eurovision 2021, le 22 mai, avec sa chanson Voilà.
  • « Elle a une chance de se faire remarquer », confie à Isabelle Aubret, qui a remporté l’Eurovision pour la France en 1962.
  • « Si je l’avais devant moi, je lui dirais : "Prenez du plaisir !" », ajoute la chanteuse de 82 ans qui célèbre cette année ses soixante années de carrière.

Deux points. C’est le (maigre) score attribué par Marie Myriam à Barbara Pravi et sa chanson Voilà lors de la sélection française pour l’Eurovision fin janvier sur France 2. La dernière représentante tricolore à avoir décroché le trophée du concours – en 1977 avec L’oiseau et l’enfant – n’a donc pas vraiment adoubé celle qui tentera d’inscrire son nom au palmarès dans la nuit du 22 au 23 mai à Rotterdam (Pays-Bas).

A un mois de cette finale, 20 Minutes a contacté une autre gagnante de la compétition musicale, Isabelle Aubret, victorieuse en 1962 avec Un premier amour. Son avis sur Barbara Pravi ? « Elle a la volonté, la niaque, elle est jolie, elle a une chance de se faire remarquer », estime l’artiste qui célèbre cette année ses soixante ans de carrière et attend la réouverture des salles pour reprendre sa tournée.

« Prenez du plaisir ! »

La chanteuse de 82 ans connaît bien l’Eurovision car elle est la seule chanteuse française à y avoir participé deux fois : lorsqu’elle a retenté sa chance en 1968 avec La Source, elle a terminé troisième. Evidemment, depuis cette époque, l’événement a beaucoup changé. « C’est devenu magnifique, il y a de vrais décors. Il faut regarder ça comme un spectacle, suggère-t-elle. Il ne faut plus penser à gagner. On s’en fout de gagner. Vraiment, hein, si on s’en fout pas, on est perdus. »

Isabelle Aubret aurait-elle un conseil pour Barbara Pravi ? « Si je l’avais devant moi, je lui dirais que l’important, c’est de participer, et, surtout : "Prenez du plaisir !". Ayez bien conscience qu’au moment où vous chantez, il y a des millions de personnes qui vous regardent et que, quelque part, même si c’est dans le cœur de seulement dix personnes, vous allez laisser une trace et ça, c’est merveilleux. L’essentiel est de faire le mieux possible, de ne pas se stresser, d’être simplement là, dans sa chanson, au moment où l’on chante. »

Une réponse qui semble faire écho à ce que nous confiait en janvier Barbara Pravi : « Quand je chante Voilà, à chaque fois, je suis presque en transe. J’y ai mis beaucoup d’émotions et je crois que ça se ressent. »