Coronavirus : Mick Jagger épingle les complotistes dans un titre inédit

ROCK'N'ROLL Mick Jagger s’est associé à Dave Grohl pour un titre inédit où il moque toutes les absurdités de la pandémie

A.D.

— 

Le chanteur des Rolling Stones, Mick Jagger
Le chanteur des Rolling Stones, Mick Jagger — Camilla Morandi / Venezia / Ipa / Starface

Un titre survitaminé ! Mick Jagger a dévoilé ce mardi Easy Sleazy, un titre qu’il a composé avec Dave Grohl des Foo Fighters. « C’est une réflexion sur l’année passée, sur les tensions physiques et mentales de notre société », a-t-il confié dans un entretien accordé à Rolling Stones. Dans cette chanson pleine d’humour, le chanteur des Rolling Stones revient sur la pandémie et toutes ses absurdités : les trop nombreuses visioconférences, les « danses ridicules sur TikTok » et les théories du complot.

« J’ai écrit les paroles très rapidement, raconte encore le chanteur britannique. Sur la pandémie et l’espoir de sortir de ce calvaire. Le refrain, c’est comme la lumière au bout du tunnel. Ça sonnait vraiment bien et j’ai pensé : "Tu dois la sortir maintenant parce qu’elle ne sera plus bonne dans trois ou six mois". »

« Bill Gates est dans mon sang »

« We escaped from the prison walls/Open the windows and open the doors (Nous nous sommes échappés des murs de la prison/Ouvrir les fenêtres et ouvrir les portes) », chante Mick Jagger.

Un couplet n’épargne pas les complotistes.  « Shooting the vaccine/Bill Gates is in my bloodstream/It’s mind control (Tire sur le vaccin/Bill Gates est dans mon sang/C’est du contrôle mental) », se moque-t-il. « The earth is flat and cold/It’s never warming up (La Terre est plate et froide/elle ne se réchauffe jamais) », ironise-t-il encore.

Et de déplorer dans l’entretien avec Rolling Stones : « J’ai plusieurs amis, relations, qui se lancent dans des théories qui sont tout simplement irrationnelles. Cela ne sert à rien d’en parler avec eux. Ils ne comprennent pas. Ils s’en tiennent à ce qu’ils croient et ils y croient. Et peu importe ce que vous dites, ils vont y croire. Et la pensée rationnelle ne fonctionne pas. »

« Ça va être un jardin de délices terrestres »

Qu’on se rassure, le frontman des Stones fait aussi preuve d’optimisme pour l’avenir : « It’s gonna be a garden of earthly delights (Ça va être un jardin de délices terrestres) », promet-il. Et d’estimer que bientôt cette crise ne sera plus qu’un mauvais souvenir. « It’ll be a memory you’re trying to remember to forget (Ce sera un souvenir que vous essayez de vous rappeler pour l'oublier) ». Une chanson comme un antidote à la morosité ambiante !