« J’étais loin d’imaginer que ça allait devenir mon métier », confie SDM qui sort son premier album, « Ocho »

PORTRAIT SDM, jeune recrue du label 92i, dévoile son premier projet « Ocho »

Carla Loridan

— 

SDM sort son premier album, Ocho
SDM sort son premier album, Ocho — Frederic De Pontcharra
  • Après quelques premiers freestyles comme Shotas ou Cala Boca, la carrière de SDM explose grâce à son featuring avec PLK, Jack Fuego sorti en 2019.
  • En février 2020, SDM signe sur le label 92i de Booba.
  • Il présente aujourd’hui Ocho, son premier album de 16 titres.

Travailleur acharné et passionné de musique, le rappeur originaire de Clamart (92), dévoile, ce vendredi 9 avril son premier projet intitulé Ocho, en référence au « 100-8 = 92 » ( Hauts-de-Seine) initié par Booba. Et le clin d’œil n’est pas innocent. À 25 ans, SDM – Sadam de son vrai nom – a connu, en l’espace de deux années, une ascension fulgurante.

Celui qui a commencé en filmant les freestyles de ses amis dans son quartier de la Cité des 3F côtoie aujourd’hui le top des charts et s’offre des collaborations avec des artistes comme PLK, Koba la D ou Booba. Désormais, les projecteurs sont braqués sur lui et sur ce premier projet de 16 titres, plus qu’attendu par ses fans.

Un Fuego qui ouvre des portes

Pourtant, plus jeune, SDM voit davantage le rap comme un passe-temps. Bercé depuis son enfance par la rumba congolaise et le flow de Booba ou de Niro, il commence timidement à écrire et à enregistrer en studio. « Mais j’étais bien loin d’imaginer que ça allait devenir mon métier », confie-t-il à 20 Minutes. Grâce au soutien de ses proches, il persévère dans la musique et commence à se faire repérer par certains artistes. « Un jour, j’ai reçu un message de PLK sur Facebook pour me dire qu’il aimait bien ce que je faisais. À l’époque il était un peu connu sur Paris et il allait déménager à Clamart », raconte SDM.

La connexion entre les deux artistes se fait via leur amour de la musique. Ensemble, ils enregistrent en studio le morceau Jack Fuego, qui fera exploser la carrière de SDM. En quelques semaines le clip dépasse les 100 000 vues, un « synonyme d’aboutissement » selon SDM. La présence de PLK sur Ocho dans le morceau Le bruit des applaudissements était donc essentielle pour lui. « À chaque opportunité qu’il avait, il me donnait de la force et parlait de moi à tout le monde. Donc, maintenant, c’est à mon tour de lui rendre ce soutien avec ce feat », dévoile-t-il à 20 Minutes.

La Booba Connexion

Face au succès de Jack Fuego, désormais single d’or, les labels et maisons de disques affluent autour de SDM. Mais c’est chez 92i, label créé par Booba, que le jeune rappeur signera en 2020. Dans la foulée le morceau La Zone, collaboration entre les deux rappeurs, voit le jour et le nom de SDM est ainsi rapidement associé à celui de Booba. « Dans les médias, on parlait de moi comme son poulain, son protégé. Mais la vérité, c’est que dans le label on est une grande famille et il n’y a aucune préférence dans les artistes », assure-t-il.

Booba a néanmoins joué un rôle non-négligeable dans la direction artistique de Ocho. Il apporte son soutien à SDM v ia un featuring sur Daddy - une zumba estivale très différente de Bonne journée, leur duo sur le récent album Ultra de Booba – et conseille le jeune rappeur dans le choix des 16 morceaux finaux et de leur ordre d’apparition.

Une grande ouverture musicale

Cet accompagnement n’empêche pas SDM de rester authentique à sa musique et de se faire plaisir en naviguant entre morceaux très rappés comme Van Damme et refrains plus mélodieux et chantés sur Keur Nwar. Le rappeur montre également sa polyvalence en invitant des artistes hors rap comme le chanteur congolais Fally Ipupa présent sur Droit de Véto. L’occasion de mettre le Congo à l’honneur, mais aussi de rendre hommage à son père (aujourd’hui décédé), ancien producteur de Koffi Olomidé et proche de Fally Ipupa. « On n’a jamais parlé de musique avec mon père mais sans le vouloir, il a mis en moi cet amour de la chanson. Je pense que du temps où il était vivant, il ne m’aurait jamais imaginé travailler dans le milieu », dévoile-t-il.

Cette identité musicale, SDM compte bien la cultiver pour se renouveler dans la suite de ses projets et se maintenir sur la scène rap. Son ambition ? Être un artiste qui dure : « Je n’ai pas envie d’être un effet de mode ou un buzz. Faire plein d’albums, j’y pense depuis mes débuts. Ocho vient à peine de sortir mais je me projette déjà au deuxième et au troisième album… » En attendant de pouvoir concrétiser ces ambitions, SDM pense à défendre Ocho sur scène : « À défaut de pouvoir rencontrer mon public, j’espère qu’on pourra faire une tournée pour l’album quand tout ira mieux. Mais pour l’instant, j’attends avec impatience le retour des gens sur l’album via les réseaux sociaux. »