La France veut faire inscrire la baguette au patrimoine mondial de l’Unesco

BOULANGE La baguette a été préférée à d’autres candidats moins croustillants

B.Ch. avec AFP

— 

Baguettes (illustration).
Baguettes (illustration). — K. CRONA / 20 MINUTES

En France, on n’a pas de vaccin, mais on a la baguette. Et ça, c’est un motif de fierté nationale et internationale. A tel point que la France a choisi de présenter la candidature de la baguette de pain à l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, plutôt que les toits de zinc de Pari ou une fête vinicole en Arbois, a indiqué vendredi au ministère de la Culture.

La décision finale appartiendra à l’Unesco qui ne se prononcera pas avant l’automne 2022. « Si cette candidature nationale était couronnée de succès devant l’Unesco, l’inscription de cet élément permettra de faire prendre conscience qu’une pratique alimentaire faisant partie du quotidien, partagée par le plus grand nombre et allant de soi, constitue un patrimoine à part entière », a déclaré la ministre de la Culture dans un communiqué.

Patrimoine en péril

Ce communiqué du ministère rappelle que le nombre de boulangeries est « en constante baisse, notamment dans les communes rurales. En 1970 on comptait 55.000 boulangeries artisanales (une pour 790 habitants) contre 35.000 aujourd’hui (une pour 2.000 habitants), souvent au profit de la vente de baguettes produites industriellement. »

« Après quatre ans de travail, c’est une grande fierté que notre dossier ait été choisi par la France, a déclaré à l’AFP Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française. Cela valorise notre savoir-faire et cela peut inciter des jeunes à choisir le métier » car il y a beaucoup de postes à pourvoir dans la boulangerie.

Les ingrédients du succès

Pour mémoire, une baguette est réalisée à partir de quatre ingrédients seulement (farine, eau, sel, levure ou levain). Elle se doit d’offrir une croûte croustillante et une mie moelleuse et alvéolée, lorsqu’elle est faite dans les règles.

Près d’une centaine de dossiers dans le monde obtiennent chaque année le label de l’inscription au patrimoine des biens immatériels. Pour concourir au prestigieux label, le candidat doit être d’abord inscrit à l’inventaire national, comme le sont des centaines de savoir-faire et de biens en France. Dans une deuxième étape, il doit être jugé apte à être présenté à l’Unesco, sur avis consultatif du Comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI).