Les internautes s’amusent de la décision du musée Carnavalet de remplacer certains chiffres romains

JOUONS Si l’information de la suppression des chiffres romains au musée Carnavalet a été grossie par la polémique, elle n’en a pas moins amusé les internautes

A.L.
— 
Des restaurateurs et restauratrices au musée Carnavalet.
Des restaurateurs et restauratrices au musée Carnavalet. — Lewis Joly /JDD/SIPA

« Est-ce que les X-Men seront renommés les 10-Men ? » Plusieurs internautes se sont moqués et moquées, ce jeudi, de la décision du musée Carnavalet à Paris de remplacer les chiffres romains par les chiffres arabes afin de faciliter la compréhension des visiteurs. Alors que le Louvre a renoncé il y a quelques années à la numérotation romaine pour désigner les siècles, estimant que ses millions de visiteurs, souvent étrangers, les ignoraient, le Musée Carnavalet, consacré à l’histoire de Paris, a supprimé certains chiffres romains de ses espaces, ceux qui désignent les siècles.

Cette décision, mal interprétée par une partie de la presse, qui a cru que tous les chiffres romains allaient être jetés aux orties, a en tout cas inspiré les internautes. « L’inconnu de la ligne VIII était beau, bouclé, cultivé et maqué : l’homme idéal en somme ! », a tweeté l’autrice et formatrice Aurore Ponsonnet. « On n’est pas sérieux quand on a XVII ans »,… s’est amusé le journaliste Frédéric Pommier.

« Catastrophe culturelle » ?

La presse italienne avait été la première à se gausser, voire à carrément s’énerver. « La polémique : Louis XIV deviendra Louis 14 », titrait par exemple Il Messaggero, le journal de la capitale italienne, tandis que le Corriere della Sera, principal quotidien de la péninsule, écrit également en première page un commentaire aussi lapidaire qu’éloquent : « Louis 14 ».

Son vice-directeur, Massimo Gramellini, fulminait dans les pages intérieurs du journal : « Cette histoire des chiffres romains représente une synthèse parfaite de la catastrophe culturelle en cours : d’abord on n’enseigne pas les choses, puis on les élimine pour que ceux qui les ignorent ne se sentent pas mal à l’aise », écrit-il en première page, rappelant que « les obstacles servent à apprendre à sauter ».

170 textes sur 3.000 contenus

Que les internautes et la presse italienne se rassure : tous les chiffres romains ne vont pas disparaître, mais seulement une petite partie, comme l’explique Noémie Giard, la responsable du musée Carnavalet, sur le site de France Inter : « Je confirme que tous les visiteurs qui viendront au musée Carnavalet au moment de la réouverture, pourront bien lire Louis XIV, XV, ou Henri IV en chiffres romains, sur tous les cartels et même pour les enfants, et c’est uniquement, sur 170 textes, sur un ensemble de 3.000 contenus, qui ont été produits pour le nouveau parcours dans le musée, que nous avons choisi d’appliquer cette mesure d’accessibilité universelle. C’est une réglementation européenne, pour une information facile à lire et à comprendre. »

Voilà qui est M fois plus clair, on y regardera à II fois la prochaine fois.