Déconfinement : Est-ce déjà la fin de l'état de grâce pour Netflix, Prime Vidéo, Disney+ et autres Salto ?

VOUS TEMOIGNEZ Les lecteurs et lectrices de « 20 Minutes » se sont confiées sur l’évolution de leur pratique du streaming ces derniers mois

Pauline Butel
— 
Page d'accueil personnalisée sur la plateforme Netflix
Page d'accueil personnalisée sur la plateforme Netflix — Pexels
  • Après six mois de fermeture, les salles de cinéma peuvent à nouveau accueillir du public.
  • Les internautes de 20 Minutes accueillent cette nouvelle avec soulagement et disent leur lassitude concernant la pratique du streaming.
  • Bien que désormais profondément ancrée dans leurs habitudes, cette pratique semble avoir atteint certaines limites.

Voilà, les salles de cinéma accueillent à nouveau du public. Sans que ce soit encore la ruée, conditions sanitaires obligent, la fréquentation de la première semaine a montré que les Français avaient hâte, après six mois de sevrage, de retrouver les salles obscures. Pendant ce temps-là, les plateformes de streaming ont profité de la pandémie pour s’installer un peu plus dans nos habitude.

Netflix multiplie les cartons (et ça va continuer avec a suite de Lupin et la fin de La Casa de papel), Prime Video s’est installé confortablement, Disney+ a surpris son monde avec la qualité de séries comme The Mandalorian et WandaVision. Même Salto a su trouver sa place grâce à quelques jolis coups. Obtenir la diffusion de l’épisode spécial, Friends, la réunion, est le dernier en date.

Et pourtant les lecteurs et lectrices de 20 Minutes témoignent d’une forme de lassitude face à l’ère du tout streaming. Faut-il s’attendre à une fin de l’état de grâce pour les plateformes ?

Les aficionados du streaming

Pour beaucoup, le streaming reste un Eldorado de contenus, une petite révolution dans nos manières de consommer des contenus audiovisuels. « Je vis très bien ce passage au streaming. Je trouve cette nouvelle façon de pouvoir consommer des contenus en parfaite adéquation avec les usages et la vie actuelle. Surtout depuis un an » expose Christophe (48 ans). Clémence (18 ans) dit aussi « apprécier les plateformes de streaming. Elles me permettent de regarder quelque chose qui m’intéresse vraiment et qui permet d’apprendre quelque chose, comparé à la télé. Je peux aussi choisir de visionner des programmes sur des sujets dont peu de gens parlent, des sujets peu abordés ou des sujets jugés “tabous” ».

Et puis, « on peut changer de programme. Recréer avec une petite nostalgie des années 1990, la trilogie du samedi soir par exemple… » raconte Fabien (33 ans). Le choix des contenus mais aussi les libertés de choix de support et d’organisation temporelle sont d’indéniables atouts. De plus, Kevin (25 ans) remarque que, pour sa part, il consommait déjà « beaucoup de contenus en streaming bien des années avant la situation sanitaire ». Le jeune homme explique que « même s’il est vrai que les confinements successifs et les restrictions ont accentué le phénomène, ils n’ont pour moi pas changé grand-chose ».

« Le streaming étant la seule alternative, c’est celle que j’utilise »

Cependant, un petit air de déjà-vu commence à se faire sentir. Kevin explique d’ailleurs avoir « l’impression d’avoir fait le tour. J’ai trop souvent du mal à trouver ce qui pourrait me plaire » ajoute-t-il. La fameuse « soirée Netflix » que l’on aimait tellement il y a un an encore a perdu de sa superbe pour devenir… une simple habitude, un peu fade. Eliott (22 ans) nous confie avoir de moins en moins envie de regarder des films ou séries en streaming : « J’en ai marre d’être devant mon ordi, comme toujours ». Claire (22 ans) espère également que « ça ne sera que temporaire ». Tous deux regrettent que des alternatives, comme le drive-in, n’aient pas été vraiment développées pendant les confinements.

Joanie (35 ans) nous explique qu’elle « n’a plus plaisir à regarder un film, à le choisir, en sachant que c’est chez elle ». Pour Vanessa (38 ans), même lassitude : « Au début je consommais beaucoup de plateformes différentes mais je me suis lassée. Je trouve que les productions de ces plateformes sont uniformes, se ressemblent un peu toutes, sauf exception, bien sûr ».

La jungle des plateformes

En plus de cette lassitude, liée pour beaucoup au contexte de la pandémie, les premières difficultés commencent dès le choix de l’abonnement. Pour tous, la meilleure stratégie consiste à sélectionner soigneusement les plateformes en fonction de différents critères. Par exemple, Kevin (25 ans) explique : « Je choisis les plateformes et contenus comme tout le reste, notamment la télévision, selon mes affinités : un acteur ou une comédienne que j’apprécie, une franchise/saga, ou un genre. Ensuite, vient le doublage, uniquement en VOSTFR ». Pour composer son propre « bouquet », Jérôme (36 ans) a opté pour « OCS, Netflix, Salto, Disney +, MyCanal, Starzplay, SFR Play, Arte », s’offrant ainsi une offre suffisamment large. Fabien (33 ans) explique qu’avec sa compagne et leurs enfants, ils ont privilégié un ensemble plus limité et plus familial avec « Netflix, Amazon Prime Video et Disney + ». Comme le remarque Olivier (45 ans), « on est "obligé" de jongler entre les plateformes pour trouver le contenu que l’on désire. Donc on multiplie les abonnements. ».

Certains cependant semblent avoir trouvé chaussure à leur pied, en particulier avec la plateforme française Molotov, plébiscitée à de nombreuses reprises dans les témoignages recueillis par 20 Minutes. Permettant de choisir un panel d’abonnements SVOD mais aussi d’accéder aux programmes diffusés en direct ou en replay, l’hybride plateforme Molotov séduit. Vanessa (38 ans) témoigne de son expérience : « J’y trouve mes abonnements VOD (OCS et STARZPLAY et Ciné +) mais aussi l’accès aux chaînes de télévision, tout cela sur la même plateforme, ce qui est très pratique. »

« Trop de choix tue le choix »

Une fois les plateformes choisies vient la question du choix du contenu que l’on va regarder – question épineuse pour tous, aficionados du streaming ou non, seul ou à plusieurs. Olivier (45 ans) raconte ce « trop-plein de contenus créé une difficulté de choix, comme devant une sorte de buffet All you can eat. Quelques fois, nous passons, avec ma femme, 30 minutes à parcourir le catalogue Netflix ou Amazon pour essayer de trouver un contenu qui nous convienne à tous les deux afin d’éviter de devoir faire écran séparé ». Pour Micky (46 ans) même problème « lorsqu’il s’agit de regarder autre chose qu’un épisode des séries que nous avons en cours, mon conjoint et moi-même passons plusieurs looooongues minutes avant d’arriver à nous décider ». Kevin (25 ans) ou Clémence (18 ans) avoue être eux aussi parfois noyés sous un « trop de choix ». La jeune fille explique prendre « en moyenne 15 à 20 minutes pour se décider. »

Côte stratégie il y a ceux qui ont élaboré un plan, et ceux qui se laissent porter. Estelle (30 ans) raconte avec humour : « Au fil des mois, j’ai amélioré ma technique mais ça finit 8 fois sur 10 par la même chose. Donc un, je choisis le style de film/série. Deux, je regarde dans tous les catalogues auxquels je suis abonnée (surtout les nouveautés). Trois, je regarde une 10 millionième fois le même film/série ». Nicelilas (63 ans), explique parfois juste faire confiance à Justwatch (une application de recommandation de contenus personnalisés à partir des catalogues d’une trentaine de plateformes de streaming) pour s’orienter dans les catalogues de ses sept abonnements.

Jérôme (36 ans), lui, élabore toute une stratégie pour choisir ce qu’il va regarder : « J’avoue que c’est devenu une organisation pour avoir un programme de qualité et à mon goût (avant de voir le pilote, je regarde les avis sur le Net, 2 positifs et 2 si possible négatifs pour avis). En début de mois, je sélectionne les séries, que je garde sur mon agenda et qui me rappelle les dates ainsi que la diffusion des épisodes ». Malgré tous les algorithmes de recommandation, il n’est, en effet, pas le seul à avoir recours à la critique et aux avis des internautes pour être certain de trouver un contenu qui lui plaise. Chacun développe des stratégies de sélection particulières pour s’y retrouver dans cette jungle du streaming, avec enthousiasme ou pragmatisme.