Coronavirus à Montpellier : Comment la salle de concert rock Secret Place s’est diversifiée pour survivre

MUSIQUE La scène associative est loin d’avoir coupé le son, malgré l’épidémie de Covid-19

Nicolas Bonzom

— 

Les Sonic Preachers lors d'un live filmé à la Secret Place
Les Sonic Preachers lors d'un live filmé à la Secret Place — Secret Place
  • Pour faire face à la crise, la Secret Place, à Saint-Jean-de-Védas, a dû se diversifier.
  • La salle de concert rock propose aux artistes de louer des locaux de répétition, des studios d’enregistrements, ainsi que sa scène pour tourner des clips.
  • « Toutes ces activités permettent de nous mettre un peu à l’abri, confie Geoffrey Rinaldi, l’un des passionnés en charge de la salle de concert, près de Montpellier. Mais c’est aussi une manière de ne pas laisser la Secret Place vide. »

Le dernier concert à la Secret Place, c’était le 29 octobre dernier. Ce soir-là, veille du deuxième confinement, Out of School Activities et les Dead Ritons, deux groupes de punk, avaient enflammé une dernière fois cette petite scène, gérée par l’association Tout à fond (Taf), à Saint-Jean-de-Védas (Hérault). Avec une jauge de quelques dizaines de personnes, bien en deçà des habitudes de la maison, Covid-19 oblige. Depuis, plus rien.

« Tout est en rouge, annulé ! », se désole Geoffrey Rinaldi, l’un des passionnés de l’équipe de la Taf, en faisant défiler la liste des concerts qui étaient prévus, à la fin de l’année dernière. Mais à la Secret Place, véritable temple pour les amateurs de rock underground depuis 1996, on n’a pas pour autant débranché les guitares. L’association, d’ordinaire portée par les (petits) bénéfices de ses soirées, a dû développer des tas d’activités, pour surmonter cette période de disette, et éviter le court-jus.

Locaux de répétition, studios d’enregistrement…

La structure propose par exemple aux groupes d’investir sa scène, pour réaliser des prises de vues pour des clips, ou des vidéos de morceaux en live. Elle met aussi à disposition des artistes ses locaux de répétition et ses studios d’enregistrement professionnel. Elle loue également la salle, pour des réunions d’entreprises ou d’associations. Et elle propose des cours de batterie, avec Ryo Yamagata, un ancien batteur de The Edge ou des Backstreet Boys. Et elle vend, sur sa boutique, des albums, mais aussi des tas de goodies, casquettes, tee-shirts ou masques à son effigie.

Le groupe Uddu en répétitions à la Secret Place
Le groupe Uddu en répétitions à la Secret Place - Secret Place

« Toutes ces activités permettent de nous mettre un peu à l’abri, contrairement à d’autres structures, comme les clubs, qui n’ont pas la chance d’être aussi diversifiés, confie Geoffrey Rinaldi. Mais tout ça, c’est aussi une manière de ne pas laisser la Secret Place vide. » L’association a également ouvert des résidences, « avec un accompagnement des artistes de A à Z, des répétitions jusqu’à l’enregistrement et le pressage des CD et des vinyles. Et un concert, aussi. Mais ça, on ne sait pas encore quand ! »

Des résidences d’artistes

Les Palavas Surfers, un groupe de garage punk de Montpellier, est l’une des formations à en bénéficier, grâce à l’appui financier de la métropole. « Nous allons travailler le concert que nous donnerons quand ce sera possible, confie Frédéric Loumagne, organiste du groupe héraultais. En tant que musiciens, ce type de résidence nous permet de retrouver un peu d’oxygène, une activité, et de toucher des rémunérations. Et bien sûr, ça donne un coup de pouce à la Secret Place. Tout le monde est gagnant. »

Pour faire face, la Secret Place a également ouvert une cagnotte, sur la plate-forme Tipeee, pour recueillir des dons. Pour qu’elle ne cesse jamais, quand les mesures sanitaires le permettront, de faire vibrer la zone commerciale de la Lauze.