Eurovision 2021: La chanson de Chypre, « El Diablo », accusée de « louer Satan »

MUSIQUE La révélation, mercredi, de la chanson interprétée par Elena Tsagrinou a notamment suscité la colère d’un syndicat de professeurs d’éducation religieuse chypriote

F.R. avec AFP

— 

Elena Tsagrinou dans le clip de sa chanson El Diablo.
Elena Tsagrinou dans le clip de sa chanson El Diablo. — MANOLAS KONSTANTINOS
  • Mercredi, la délégation chypriote pour l’Eurovision révélait El Diablo, « Le diable », la chanson avec laquelle Elena Tsagrinou représentera l’île au concours en mai.
  • La chanson a suscité la colère de plusieurs religieux dans ce pays où les chrétiens orthodoxes sont majoritaires.
  • La télévision publique CyBC s’est défendue vendredi en disant que la chanson avait été mal comprise.

Une réaction infernale. Mercredi, Chypre officialisait El Diablo («Le diable »), la chanson avec laquelle Elena Tsagrinou représentera l’île à l'Eurovision en mai prochain. « Je suis tombée amoureuse, j’ai donné mon cœur à el diablo, el diablo. Je lui ai cédé parce qu’il me dit que je suis son ange », chante l’artiste dans le refrain de ce morceau pop en anglais saupoudré de quelques mots espagnols.

Il n’en fallait pas davantage pour allumer une polémique dans ce pays comptant 1,2 million d’habitants, dont la majorité sont des chrétiens orthodoxes. Vendredi, une agence de presse chypriote a révélé que la police locale a reçu un appel anonyme menaçant de « brûler le bâtiment » de la CyBC, la radio et télévision publique de Chypre. Une enquête a été ouverte.

Vendredi également, un syndicat de professeurs d’éducation religieuse au lycée a publié un communiqué demandant d’abandonner la chanson. Il y exprime son « horreur » au sujet des paroles arguant que la chanteuse « louait Satan, lui dédiait sa vie et l’aimait ».

La « lutte éternelle entre le bien et le mal »

« Pourquoi est-ce si difficile de sélectionner des artistes de notre île (…) qui peuvent promouvoir notre culture et notre tradition musicale dans les compétitions de musique internationales ? », s’interroge également le syndicat à qui le fait qu’Elena Tsagrinou soit de nationalité grecque semble déplaire.

CyBC a fini par répondre aux attaques en avançant que la chanson avait été mal comprise et qu’elle évoquait au contraire la « lutte éternelle entre le bien et le mal ».

Sur une note plus people, Elena Tsagrinou a été raillée sur les réseaux sociaux après la révélation de son clip. Sur Twitter, la chanteuse suédoise Zara Larsson a ainsi sous-entendu que sa vidéo ressemblait à celle de sa chanson Love Me Land qui avait elle-même été accusée de plagier l’esthétique du clip d’Hourglass de la Britannique Alice Chater. Face aux réactions suscitées, la Scandinave a précisé qu’elle s’exprimait sur le ton de l’humour. « Ce n’est que de l’amour. Ne soyez pas méchants », a-t-elle tweeté.

Par ailleurs, samedi, la Slovénie a officialisé sa chanson pour l’Eurovision. Ana Soklič interprétera la ballade Amen. Le candidat de l'Autriche Vincent Bueno, chantera lui aussi une chanson portant le même titre. Suffisant pour contrecarrer El Diablo dans la course aux points au concours ?