Coronavirus: Envisagez-vous un concert de rock (ou de rap) sans pogo ?

VOUS TEMOIGNEZ Si certains festivals d’été devraient se tenir malgré la situation sanitaire, les spectateurs ne devraient pas pouvoir quitter leur siège pendant les concerts

C.W.

— 

Un concert au Hellfest en juin 2018.
Un concert au Hellfest en juin 2018. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Une jauge de 5.000 spectateurs max, assis et distanciés. Voilà à quoi devraient ressembler les quelques festivals qui se tiendront cet été. Si certains estiment que c’est toujours mieux que rien, d’autres peinent à envisager des festivités ainsi. « Pour du metal, ce n’est pas possible », a notamment déploré Ben Barbaud, le directeur du Hellfest, après les annonces du ministère de la Culture mi février.

Et en effet, pour certains styles musicaux, le rock, le metal ou encore le rap, où le slam et le pogo enflamment les concerts, difficile de se projeter. S’en priver ne retire-t-il pas finalement tout le sel de ces moments de célébration, de défoulement et de partage ? Les spectateurs seraient-ils prêts à faire l’impasse sur le pogo pour assister à un concert ?

Adeptes de ces danses festives (et non compatibles avec les gestes barrière…), quel plaisir vous apporte le pogo ? Envisagez-vous un concert de votre groupe ou artiste préféré sans cela ? Est-ce un sacrifice nécessaire ou un rituel dont il est impossible de se passer ? Enfin, quel est votre souvenir de votre plus beau pogo (et ses variants) ? Racontez-nous. Vous pouvez témoigner via le formulaire ci-dessous. Vos réponses serviront à la rédaction d’un article. Merci !