Qualifié de « rappeur islamiste », Médine porte plainte contre Aurore Bergé

JUSTICE La députée LREM Aurore Bergé a qualifié Médine de « rappeur islamiste » dans une interview sur LCI

L.Be.

— 

Medine de son vrai nom Medine Zaouiche, rappeur francais du Havre, sur le plateau de LCI, en 2013.
Medine de son vrai nom Medine Zaouiche, rappeur francais du Havre, sur le plateau de LCI, en 2013. — IBO/SIPA

La fois de trop pour le rappeur. Médine a annoncé ce mercredi avoir déposé plainte au tribunal judiciaire de Paris contre la députée des Yvelines LREM Aurore Bergé, selon des informations de Mediapart confirmées par 20 Minutes.

Interrogée sur LCI au sujet de la polémique sur islamo-gauchisme à l’université le 18 février dernier, la présidente déléguée du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale avait notamment qualifié l’artiste de « rappeur islamiste », citant la chanson Don’t Laïk. Elle poursuit en l’accusant d’avoir lancé un « appel au meurtre ». Dans cette chanson, on pouvait entendre le rappeur dire : « Crucifions les laïcards comme à Golgotha. Le polygame vaut bien mieux que l’ami Strauss-Kahn ».

« un hymne à la laïcité »

« Elle me colle une idéologie qui n’est, bien sûr, pas la mienne (…). J’attends une condamnation et des excuses publiques », a-t-il réagi auprès de Mediapart. Dans une interview offerte à 20 Minutes en 2019, il expliquait d’ailleurs le sens de ce titre. « J’ai écrit Don’t Laïk en 2015, qui est a mon sens est un hymne à la laïcité, qui lui redonne ses lettres de noblesse, et qui pointe un dysfonctionnement. Plus personne ne sait ce qu’est la laïcité. Mon rôle d’artiste est de dire que, là, il y a peut-être un problème. J’ai fait un truc que je ne faisais pas d’habitude, du « ton sur ton » avec le clip. J’ai produit un texte provocateur, mais aussi un clip provocateur et ça a créé une incompréhension générale. »

Contactée, Aurore Bergé n’a pas souhaité réagir. « Je n’ai pas l’habitude de commenter des affaires judiciaires, a-t-elle expliqué à 20 Minutes, indiquant ne pas avoir été notifiée. C’est le tribunal qui jugera, pas les réseaux sociaux »