#FreeBritney… Ce qu’il faut savoir sur la tutelle de Britney Spears et le docu « Framing Britney Spears »,

PEOPLE Un tribunal de Los Angeles s’est prononcé jeudi sur la tutelle de Britney Spears, quelques jours après la diffusion d’un documentaire évoquant la gloire et les déboires de la star américaine

Fabien Randanne

— 

Le 11 février 2021, des soutiens de Britney Spears se sont rassemblés devant le Palais de justice de Stanley Mosk, à Los Angeles.
Le 11 février 2021, des soutiens de Britney Spears se sont rassemblés devant le Palais de justice de Stanley Mosk, à Los Angeles. — Chris Pizzello/AP/SIPA
  • Jeudi, un tribunal de Los Angeles a rejeté la requête de Jamie Spears, père de Britney Spears, qui voulait être le seul gestionnaire de la tutelle de sa fille.
  • Le 5 février, le documentaire Framing Britney Spears, retraçant la gloire et les déboires de la pop star a été mis en line sur Hulu (il est toujours inédit en France).
  • Ces deux faits ont contribué à remettre le mouvement #FreeBritney, lancé en soutien à Britney Spears, au cœur de l’actu.

Cette semaine, Britney Spears et la gestion de sa tutelle étaient au cœur de l’actualité judiciaire, médiatique et people. Si vous n’avez pas suivi, voici ce qu’il faut savoir…

Où en est la gestion de la tutelle de Britney Spears ?

Les images ont fait le tour du monde : un soir de février 2007, Britney Spears entre dans un salon de coiffure, demande à ce qu’on lui rase le crâne et, face au refus de la coiffeuse, empoigne la tondeuse pour se mettre elle-même la boule à zéro. Cet épisode survient alors qu’elle traverse une période de dépression marquée, notamment, par la perte de la garde de ses enfants après son divorce d’avec Kevin Federline. Elle avait besoin d’aide. Un an plus tard, un tribunal californien décide d’un accord, comparable à un régime de tutelle, confiant la gestion de ses affaires à son père, Jamie et à un avocat, Andrew Wallet. Quand ce dernier démissionne de sa fonction en 2019, Jamie Spears reste le seul tuteur légal. Britney Spears enclenche alors des démarches pour que les termes de cet accord soient rediscutés et aboutir à une mise en retrait de son père au profit d’une tutrice professionnelle. En novembre dernier, une juge de Los Angeles n’a pas entièrement satisfait à cette demande mais a nommé la société de conseil Bessemer Trust Co. en tant que co-curateur. Une décision à laquelle Jamie Spears a tenté de s’opposer mais sa requête a été rejetée jeudi par un tribunal de Los Angeles. Il devra donc continuer à partager avec la Bessemer Trust Co. la gestion de la fortune de sa fille estimée à quelque 60 millions de dollars.

Que signifie le hashtag #FreeBritney ?

Le hasthag #FreeBritney (#LibérezBritney) fédère les fans et autres soutiens de la star convaincus qu’un terme doit être mis à la tutelle ou que Jamie Spears doit en être exclu. Certains passent au crible les posts Instagram de Britney Spears en quête de messages subliminaux des appels à l’aide codés… L’automne dernier, l’avocat commis d’office de Britney Spears, Samuel Ingham, a déclaré que sa cliente lui avait confié « avoir peur de son père », qu’elle était à « un moment de sa vie où elle tentait de regagner une part d’autonomie » et qu’elle « appréciait le soutien éclairé » de ses admirateurs. Des mots interprétés comme une validation du mouvement #FreeBritney et de ses revendications.

En quoi consiste le documentaire « Framing Britney Spears » ?

Produit en partenariat entre la chaîne américaine FX et le New York Times, Framing Britney Spears a été diffusé sur FX et mis en ligne sur Hulu le 5 février (il est inédit pour le moment en France). Il part du mouvement #FreeBritney pour retracer le parcours de la star, aujourd’hui âgée de 39 ans, de ses débuts, enfant, sur Disney Channel, aux années de gloire et ses déboires. Le documentaire, composé de nombreuses images d’archives, donne la parole à des fans, à des journalistes et à des membres de l’entourage de l’interprète de Baby One More Time, dont son ancienne assistante Felicia Culotta. Il met en lumière la manière dont Britney Spears, assaillie par les paparazzis au moindre déplacement, a été malmenée et humiliée par la machine médiatique et les injonctions patriarcales – sa virginité était un sujet de discussion, tout comme sa capacité à être ou non une « bonne » mère.

Quelles ont été les réactions à « Framing Britney Spears » ?

Le documentaire a suscité une vague d’empathie pour Britney Spears. Sur les réseaux sociaux, les internautes ont été nombreux à lui témoigner de leur soutien. Parmi eux, les actrices Sarah Jessica Parker, Bette Midler ou la chanteuse Cher. Miley Cyrus, s’est fendue d’un « On t'aime Britney » au cours de son concert pré-Super Bowl. Sam Ashgari, le compagnon de Britney Spears s’est exprimé mardi dans sa story Instagram en écrivant : « Il est important que les gens comprennent que je n’ai aucun respect pour quelqu’un qui essaie de contrôler notre relation et ne cesse de nous mettre des bâtons dans les roues. » Une allusion à Jamie Spears.

Britney Spears a-t-elle réagi au documentaire ?

Mercredi, Britney Spears a posté sur Instagram une vidéo d’une de ses prestations scéniques à Las Vegas.

Elle y a joint le commentaire suivant : « J’ai du mal à croire que cette performance sur Toxic a trois ans !!! J’adorerai toujours être sur scène… mais je prends le temps d’apprendre et d’être une personne normale… » Une phrase qui semble faire écho à ce qu’elle avait déclaré plus tôt : elle ne remontera pas sur scène tant que son père sera en charge de ses affaires. Et de continuer : « J’aime apprécier les joies simples du quotidien ! Chaque individu a son histoire et son point de vue sur les histoires des autres ! Nous avons tous tellement de belles vies différentes et lumineuses ! Souvenez-vous que, peu importe ce que l’on pense savoir sur la vie d’autrui, cela n’est rien en comparaison de ce que cette personne vit réellement derrière l’objectif. »