Le réalisateur Ladj Ly placé en garde à vue pour « abus de confiance » et « abus de biens sociaux »

ENQUETE La garde à vue du cinéaste français a été levée ce mercredi après-midi

Thibaut Chevillard, avec F.R.

— 

Le réalisateur Ladj Ly, en janvier 2020.
Le réalisateur Ladj Ly, en janvier 2020. — VALERIE MACON / AFP

Le réalisateur Ladj Ly a été placé en garde à vue mardi à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour « blanchiment, abus de confiance, abus de biens sociaux, faux et usage de faux », a appris 20 Minutes de source judiciaire. La garde à vue a été levée ce mercredi après-midi. L’enquête, qui se poursuit en préliminaire précise la même source, a été confiée au Service départemental de police judiciaire du 93

L’association du cinéaste césarisé pour Les Misérables, qui chapeaute son école de cinéma gratuite Kourtrajmé en Seine-Saint-Denis, est visée par une enquête préliminaire pour abus de confiance et blanchiment.

Selon nos informations, l’enquête a débuté en début d’année dernière, après un signalement à Tracfin, le service de renseignement dépendant de Bercy, chargé de la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, qui avait été intrigué par des retraits et des transactions d’argent vers d’autres sociétés et ramifications.

Le Parisien indiquait dans ses colonnes que les sommes soupçonnées d’avoir été détournées supérieures à 200.000 euros.

Perquisition en janvier

Une perquisition s’était déroulée mi-janvier dans les locaux de La Cité des Arts Visuels à Montfermeil, dans le cadre de cette procédure ouverte en février 2020.

Jointe par 20 Minutes, Julia Minkowski, l’avocate de Ladj Ly, a refusé de commenter l'information. Le mois dernier, elle précisait que le réalisateur n’aurait eu vent de l’enquête que fin décembre lorsque les partenaires financiers de l’école ont reçu des requêtes de la police.

Créée en 2018, l’école Kourtrajmé offre une formation gratuite et sans condition d’âge ni de diplôme en cinéma ou en art de l’image.