Eurovision 2021: Le clip de « Voilà », la chanson de Barbara Pravi, est en ligne

MUSIQUE La vidéo de « Voilà », publiée ce lundi, est la première séquence d’un court métrage qui en comptera trois

F.R.

— 

L'autrice, compositrice et interprète Barbara Pravi, candidate de la France à l'Eurovision 2021.
L'autrice, compositrice et interprète Barbara Pravi, candidate de la France à l'Eurovision 2021. — JOEL SAGET / AFP

Barbara Pravi joue la carte rétro. Dans le clip de Voilà, la chanson avec laquelle elle représentera la France à l' Eurovision 2021, la chanteuse apparaît dans un hall de gare nous replongeant plusieurs décennies en arrière, puis dans le compartiment d’un train datant d’une époque révolue. Béret vissé sur le crâne, elle assume totalement ce style paraissant so French aux yeux du public étranger.

Mais les trois minutes de cette vidéo, réalisée par Zenzel et mise en ligne ce lundi, ne sentent pas pour autant le renfermé. Une chorégraphie contemporaine dissipe les effluves de naphtaline. L’artiste est entourée de danseurs et danseuses aux visages dissimulés sous des espèces de masques de tulle noir. Elle semble d’abord leur résister avant de se laisser entraîner à son tour dans leur mouvement.

Deux autres chansons à venir

Une manière, peut-être, de représenter symboliquement les souvenirs et moments douloureux de la vie de Barbara Pravi qui puise dans son vécu l’inspiration pour ses chansons. Les images font écho aux paroles de Voilà : « Me voilà même si mise à nue c’est fini. Me voilà dans le bruit et dans la fureur aussi. Regardez moi enfin et mes yeux et mes mains, tout c’que j’ai est ici, c’est ma gueule c’est mon cri. »

La symbolique du train peut représenter le début d’une aventure (celle de l’Eurovision ?). Ce clip est quoi qu’il en soit « la première séquence d’un court-métrage autour de trois titre », expliquait la chanteuse à 20 Minutes le mois dernier. Les deux autres chansons devraient sortir dans les prochaines semaines, elles s’intituleront Le jour d’après et L’homme et l’oiseau. A suivre, donc…