Le général Dumas, héros noir de la Révolution française, va avoir sa statue

COME BACK Une statue du général Dumas, qui avait été fondue par les nazis, va être de nouveau érigée dans le 17e arrondissement de Paris

20 Minutes avec AFP
— 
Peinture du général Thomas-Alexandre Dumas Davy de la Pailleterie (1762-1806)
Peinture du général Thomas-Alexandre Dumas Davy de la Pailleterie (1762-1806) — Wikipedia / Domaine public

Il va retrouver la place des « Trois Dumas » : une réplique d’une statue du général Dumas, premier général de division d’origine antillaise et héros de la Révolution française, qui avait été fondue par les nazis, va être érigée dans le 17e arrondissement de Paris.

Ce retour de la statue du père de l'auteur des Trois mousquetaires a été approuvé jeudi par le Conseil de Paris à la demande exprimée par l’élue Carline Lubin-Noël, du groupe « Changer Paris », et six mois après la publication d’une tribune appelant une nouvelle fois à sa réhabilitation.

« Il s’agit de reconstruire à l’identique la statue », a souligné Karen Taïeb, adjointe à la mairie de Paris chargée du Patrimoine, précisant avoir reçu en décembre l’accord de l’Etat concernant cette reconstruction qui sera faite « à partir de photos d’époque ».

Fondue en 1942 par les nazis

Une statue représentant le général Dumas (1763-1806) prenant appui sur un fusil avait été érigée en 1912 sur la place Malesherbes – connue également comme la « place des Trois Dumas » en raison de la présence des statues du fils et petit-fils du général – et devenue depuis place du Général Catroux.

La statue avait été retirée et fondue en 1942 par les nazis puis remplacée en 2008 par la mairie de Paris par une immense chaîne brisée en mémoire de ce général né esclave à Haïti et mort à Villers-Cotterêts.

Il a inspiré le personnage de Porthos

Le général Dumas est le père du romancier Alexandre Dumas à qui il aurait inspiré le personnage de Porthos, un des Trois Mousquetaires. Parmi ses faits d’armes, il avait en 1794 remporté les batailles du Petit Saint-Bernard et du Mont Cenis, à la tête de 45.000 soldats de l’armée des Alpes.

En 2020, Edouard Philippe, alors Premier ministre, s’était dit « profondément déçu que la République, la IVe d’abord, la Ve ensuite, ne reconstruise pas la statue du général Dumas » et s’était dit prêt à « militer pour sa reconstruction ».