« Demon Slayer », « Sidooh », « Eden »… 2021, l’année de la renaissance et des rééditions pour Panini Manga

BD Acteur incontournable du manga français, Panini a connu une décennie très compliquée, mais fait tout pour se faire pardonner auprès des lecteurs avec la réédition de titres phares

Vincent Julé

— 

Après une décennie compliquée, Panini Manga revient avec une politique forte de rééditions, ici « Demon Slayer »,  « Sidooh » et  « Aozora Yell »
Après une décennie compliquée, Panini Manga revient avec une politique forte de rééditions, ici « Demon Slayer », « Sidooh » et « Aozora Yell » — Kimetsu No Yaiba © 2016 by Koyoharu Gotouge/ SHUEISHA Inc - Sidooh © 2005 by Tsutomu Takahashi / SHUEISHA Inc - Aozora Yell © 2008 by Kazune Kawahara / SHUEISHA In
  • A l'entrée des années 2010, Panini Manga a stoppé de nombreuses séries et frustré autant de fans
  • Avec le succès de Demon Slayer, l'éditeur revient dans la course avec une politique de rééditions de classiques comme Sidooh, Banana Fish, Lone Wolf & Cub
  • Il s'engage également à sortir la suite de plusieurs séries, sans oublier quelques nouveautés

En 2020, une BD vendue sur deux était un manga, et dans le top 10, on retrouve bien sûr One Piece, Naruto, Dragon Ball, et un petit nouveau, Demon Slayer. Enfin « petit ». Et « nouveau ». En effet, le manga de Koyoharu Gotōge est un phénomène comme le Japon n’en a pas connu depuis longtemps, que ce soit en libraire avec des records de vente, mais aussi à la télévision et au cinéma. Le film d’animation vient de détrôner Le Voyage de Chihiro comme plus gros succès de tous les temps au box-office japonais.

Demon Slayer est édité en France chez Panini Manga, à raison d’un tome tous les deux mois, et le volume 16 est attendu en mars. Mais 2021 sera également l’année de la renaissance et des rééditions pour Panini. Vous connaissez Les rôdeurs de la nuit ?

Des séries stoppées et des fans frustrés

Lancé en 2016 au Japon, Kimetsu no Yaiba est édité dès l’année suivante en France par Panini sous le titre Les rôdeurs de la nuit. Trois tomes plus tard, le titre est stoppé, avant d’être relancé en septembre 2019 suite au carton de l’animé et sous son titre international : Demon Slayer !! Oui, toutélié. Cette mésaventure éditoriale pourrait n’être qu’un accident, si Panini Manga n’avait pas traversé ses dix dernières années une période compliquée, entre séries arrêtées et frustrations des lecteurs. Il suffit d’aller voir les commentaires d’un site comme Manga News pour s’en rendre compte.

« Quand le manga a été licencié, j’étais aux anges. Malheureusement, après 5 tomes, plus rien. Cela fait près de quatre ans que j’attends la suite », écrit Faniie en 2017 à propos d’Aozora Yell, un shôjo en 19 tomes. Idem pour la série de science-fiction Red Eyes, stoppée en 2013, après une première pause entre 2007 et 2011, alors qu’elle continue au Japon et compte actuellement 25 volumes. « Et m… Visiblement, Panini a laissé tomber ce manga sans même avertir ses lecteurs. Ça fait très longtemps que la suite est disponible, donc je doute qu’ils s’y remettent », réagit Rag.

Un marché du manga frappé par la crise économique

Ce sont ainsi une dizaine de titres que l’éditeur a arrêtée à l’entrée des années 2010, parmi lesquelles également Sidooh, All Rounder Meguru, From 5 to 9, Girls Girls Girls… « Le marché du manga a été frappé brutalement et durablement par la crise économique de 2008, explique Masahiro Choya, nouveau directeur éditorial de Panini Manga depuis un an. Les ventes ont chuté pour tout le monde, pas que Panini, et elles ont eu du mal à partir pendant deux ou trois ans. Il a donc fallu arrêter certaines séries, notamment des shôjo qui représentent une part non négligeable du catalogue Panini Manga. Mais il faut bien préciser que Panini ne sort pas des mangas pour les arrêter. C’était à contrecœur. S’ils avaient pu, ils les auraient continués. » Et s’ils avaient plus communiqué auprès des lecteurs, la pilule, aussi dure soit-elle à avaler, serait peut-être mieux passée.

Une politique forte de rééditions

Il faut ainsi voir la relance, et le succès, de Demon Slayers comme une première pierre à un édifice tourné vers les lecteurs et les lectrices. Après la Perfect Edition de 20th Century Boys, le chef d’oeuvre de Naoki Urasawa, Panini Manga réédite ainsi Sidooh, manga historique et culte de la Shueisha qui s’était arrêté au volume 14 (sur 25) en 2014. L’occasion de (re) découvrir le trait puissant du dessinateur Tsutomu Takahashi, également à l’oeuvre sur Bakuon Retto et Neun (Kana). Les deux premiers tomes sont disponibles depuis fin janvier, à l’instar de ceux d’Aozora Yell de Kazune Kawahara.

Sont attendus ensuite d’autres titres phares comme la référence cyberpunk Eden et le polar acclamé et avant-gardiste Banana Fish en mars, puis un gros morceau, le monument samouraï Lone Wolf & Cub à la fin de l’année. « Ce sont des classiques, de par la qualité du dessin, de l’histoire, commente Masahiro Choya. Nous voulions proposer aux lecteurs une nouvelle édition, avec un nouveau format, une nouvelle jaquette. Les rééditer, c’est aussi une manière de dire qu’on est désolés et qu’on va faire de notre mieux. »

Ne vendez pas vos mangas, la suite arrive

Et ce n’est pas tout. Panini s’engage aussi à reprendre et terminer des séries stoppées. Toutes ? « Non, elles ne reviendront pas toutes », avoue le directeur éditorial. Manga News avait rapporté une liste de titres, mais la crise sanitaire a causé plusieurs retards et Masahiro Choya ne veut pas s’avancer. Citons tout de même, au planning, les suites de Stardust Wink, Young Black Jack, Psychic Détective Yakumo, Koi Furu Colorful, Honey Bitter, Awa Koi, Promesses en rose, Le Fil du destin… Parfois en format double voire triple pour aller et finir plus vite. Un engagement auprès des lecteurs historiques. Mais pour ceux qui voudraient commencer ces séries, parfois épuisées, des réimpressions des premiers volumes sont-elles prévues ? « C’est à l’étude. »

Au-delà de cette politique de rééditions et de remise en avant de son catalogue, Panini prévoit également de sortir des nouveautés, cinq-six par an, avec par exemple l’étrange et aérien Sarissa of Noctilucent Sky d’ores et déjà disponible, et en avril, le post-apocalyptique Alma, une série en quatre tomes dont Masahiro Choya est tombé amoureux et pour laquelle il prévoit un dispositif éditorial et marketing important.