Eurovision 2021: Comment est née « Voilà », la chanson de Barbara Pravi qui représentera la France

MUSIQUE « Voilà » a été coécrite par Barbara Pravi, qui l’interprétera à l’Eurovision en mai, et Igit

Fabien Randanne

— 

Barbara Pravi, le  30 janvier 2021, dans Eurovision France, c'est vous qui décidez, sur France 2.
Barbara Pravi, le 30 janvier 2021, dans Eurovision France, c'est vous qui décidez, sur France 2. — Capture d'écran France 2
  • Barbara Pravi représentera la France à l’Eurovision 2021 avec la chanson Voilà.
  • « Si jamais je me présentais pour l’Eurovision, il fallait que ce soit avec une chanson que je puisse porter, qui ait de la valeur pour moi, dont je n’aurais jamais honte », explique-t-elle à 20 Minutes.
  • « Ça a été une sacrée aventure, se remémore Igit, qui a coécrit le texte avec elle. L’idée était d’avoir une chanson qui parle de Barbara au mieux, sans que ce soit égocentrique. C’était très dur de trouver cette fine ligne. »

Barbara Pravi représentera la France à l’ Eurovision 2021 en mai avec Voilà. Cette information aurait paru bien saugrenue à l’intéressée si on le lui avait prédit il y a un an. C’est Igit, l’auteur, compositeur et interprète avec lequel elle a cosigné plusieurs chansons pour d’autres artistes qui, depuis deux ans, la tannait pour qu’elle se frotte au célèbre concours musical.

Elle était d’abord réticente. Par peur. La chanteuse de 27 ans est parfaitement consciente de ce que défendre les chances tricolores implique. Entre autres : chanter en direct devant une centaine de millions de téléspectateurs. « Si jamais je me présentais pour l’Eurovision, il fallait que ce soit avec une chanson que je puisse porter, qui ait de la valeur pour moi, dont je n’aurais jamais honte », expliquait-elle à 20 Minutes mi-janvier.

Elle s’est donc attelée à la tâche pour remplir ces critères. « Ça a été une sacrée aventure, se remémore Igit. L’idée était d’avoir une chanson qui parle de Barbara au mieux, sans que ce soit égocentrique. C’était très dur de trouver cette fine ligne. »

« Un mot français assez connu à l’étranger »

Tous deux ont beaucoup parlé de ce que les paroles devaient raconter et de quelle manière. Lors d’un de ces échanges, Barbara Pravi a conclu son argumentaire par un « voilà ». Cela a été le déclic. « On s’est regardé, il y avait une espèce de révélation, nous raconte Igit. On s’est dit qu’on avait trouvé le titre de la chanson. En plus, c’est un mot français assez connu à l’étranger, donc dans le contexte de l’Eurovision c’était pas mal. »

Les paroles surgissent. « Quoi vous dire, que les lèvres d’une autre ne vous diront pas ? C’est peu de chose mais moi, tout ce que j’ai, je le dépose là, voilà », clame un couplet annonçant une cavalcade de « voilà » en refrain comme Piaf faisait galoper ses « padam ».

Dans cette mise à nu, la coautrice et interprète exprime sa vulnérabilité, son humilité. « Regardez-moi enfin. Et mes yeux, et mes mains, tout ce que j’ai est ici, c’est ma gueule c’est mon cri », expose celle qui demande qu’on l’aime, « comme on aime un ami qui s’en va pour toujours » – l’une des plus belles formules du texte.

« C’est une chanson qui est vraie », nous disait Barbara Pravi il y a quelques semaines. Elle s’était empressée de préciser : « Enfin, vraie pour moi : quand je la chante, à chaque fois, je suis presque en transe. J’y ai mis beaucoup d’émotions et je crois que ça se ressent. Dans ce que je voulais présenter, il n’y avait que ça qui pouvait compter : je veux que ça touche, que ça soit juste. »

« Une certaine idée de la chanson française »

Igit précise qu’en l’écrivant, tous deux avaient l’ambition de livrer un texte accessible, à l’image des « chansons très lisibles » d’Aznavour, Brel ou Barbara, qui figurent dans leur Panthéon musical commun.

Igit lui-même avait participé à Destination Eurovision en 2018, l’émission de France 2 remportée alors par le duo Madame Monsieur. A l’époque, il était très motivé à la perspective de représenter la France avec une valse. Mais son Lisboa Jerusalem avait dû se contenter de la cinquième place.

Il reprend : « L’intention, avec Voilà, c’est d’aller défendre une certaine idée de la chanson française. De la remettre au goût du jour et de montrer aux gens que ce pan-là de la culture n’est pas mort, loin de là. »

Barbara Pravi sait que le marathon qu’elle entame jusqu’à la finale de l’Eurovision va représenter « beaucoup de boulot ». « Je crois qu’une chanson qui a de l’émotion peut s’exporter et je souhaite ça à Voilà », réagissait-t-elle à chaud après sa victoire à la sélection française.