Victoires de la musique 2021 : Hervé promet « d’envoyer un maximum d’énergie et de bonnes vibes »

REVELATIONS Hervé est l’une des révélations masculines de l’année aux côtés d’Hatik et Noé Preszow

Clio Weickert
— 
Hervé est l'une des révélations masculines de l'année.
Hervé est l'une des révélations masculines de l'année. — Romain Sellier
  • Hervé est l’une des révélations masculines de l’année aux Victoires de la musique aux côtés d’Hatik et Noé Preszow.
  • Lors de la cérémonie vendredi, le chanteur promet « d’envoyer un maximum d’énergie et de bonnes vibes ».
  • Le même jour, il dévoilera aussi « Hyper-prolongations », la réédition de son premier album avec cinq nouveaux titres.

Quand nous avions rencontré Hervé au début du mois de juin dernier, nous étions alors en plein déconfinement. Un vent de liberté planait dans l’air, et d’allégresse. En particulier pour le chanteur qui s’apprêtait enfin à sortir son premier album Hyper, dont la sortie avait été retardée à cause de la pandémie. « Je ne touchais plus terre ! Je voulais absolument que le disque sorte, explique-t-il avec du recul à 20 Minutes, par écrans interposés cette fois-ci. J’aurais pu me dire d’attendre octobre, que les concerts reprennent, je suis quand même un gars de la scène et je suis censé me faire connaître par les festivals, les premières parties… Mais j’avais envie de le sortir, et quand j’ai envie je n’ai pas de limite. Tant que mon corps suit, j’y vais ».

Mais sa fougue s’est de nouveau cognée aux aléas de la « météo Covid », pour reprendre ses propres termes. Car après une certaine accalmie estivale, le temps du reconfinement et des couvre-feux a ressurgi, ainsi que les annulations de concert qui vont de pair… Un climat morose qui n’a pourtant pas stoppé l’élan de l’énergique Hervé, l’une des révélations masculines aux Victoires de la musique cette année.

Malgré tout hyperactif

Comme lors du premier confinement, l’artiste a profité des périodes de restrictions pour créer, composer et enregistrer. Il a ainsi passé les derniers mois à peaufiner les cinq nouveaux titres d’Hyper-prolongations, la réédition de son album qui sort vendredi. C’est d’ailleurs en plein enregistrement qu’Hervé a appris sa nomination aux Victoires qui auront lieu le même jour que cette sortie. « J’étais heureux ! Extrêmement parce que j’étais en train de finir la réédition, j’étais à bout de force. Je me demandais à quoi allait ressembler 2021, et je me suis dit que ça allait continuer, que j’allais pouvoir continuer à défendre mon disque, ma musique », confie-t-il.

Hormis quelques dates à la fin de l’été (et un Olympia déjà complet le 26 mars prochain si tout va bien), Hervé n’a pas pu défendre son album sur scène. Malgré la frustration, le jeune artiste ne s’est pas pour autant reposé sur ses lauriers. « En fait ça a été une année où je ne me suis pas arrêté une seconde, explique-t-il. L’absence de live c’est une sensation de manque, qui est là, je sens qu’il manque bien une pièce au puzzle. Mais ça m’a permis de faire des nouveaux titres, d’aller chercher en moi, d’aller puiser assez profond pour essayer de délivrer un contenu créatif cool et interagir avec les gens. C’était ça le défi, et c’était un moment où il fallait sortir de la musique aussi parce que c’est notre rôle de sortir du son. »

Un clin d’œil caféiné

Dans ce désert de concerts, un drôle d’événement a toutefois marqué l’année d’Hervé. A défaut d’avoir pu découvrir sa musique sur scène, le public a pu faire sa connaissance à travers le petit écran, quotidiennement, grâce à une tasse de café. Pour son dernier spot publicitaire, la marque Carte Noire a en effet repris sa chanson Si bien du mal, caféinée à souhait. Mais bien plus encore, elle a repris les codes de son clip réalisé en plein confinement (le premier), un délire tourné dans la cuisine de son père en Bretagne. Dans cette vidéo qui cumule plus d’un million de vues sur YouTube, Hervé y préparait des crêpes entre deux pas de danse enflammée. « J’ai vu le spot et je l’ai trouvé cool. Ce qui est marrant c’est que j’ai un paquet de Carte Noire dans le clip original ! », s’amuse le chanteur.

Un clin d’œil insolite à son univers aussi revigorant qu’un expresso, et une fenêtre sans pareil pour découvrir sa musique. Et Hervé en a bien conscience : « Il y a eu l’album, les clips… La pub est sortie à la rentrée, le titre est rentré en radio, après j’ai fait la tournée. Puis il va y avoir les Victoires et la réédition… Pour la pub je ne maîtrise pas car ce sont eux qui ont décidé de la reprendre, mais ça me fait comme des leviers, des espèces de bouées qui m’amènent jusque-là ».

Vendredi elles l’amèneront donc sur la scène des Victoires, où bien évidemment, Hervé compte se défouler. « Je vais essayer de faire la plus grosse presta possible et de rester moi même, je ne vais pas mettre un costume à paillettes parce que ce sont les Victoires. Parfois tu donnes tout et ça ne prend pas, mais la seule certitude que j’ai c’est que je veux vraiment tout donner. Envoyer un maximum d’énergie et de bonnes vibes pour que les gens passent un bon moment dans leur télé, comme un live », promet-il. Et on lui fait confiance pour dynamiter cette cérémonie qui s’annonce particulière, sans public… La dernière, croisons les doigts.