Festival d'Angoulême : La BD connaît une année record malgré la crise sanitaire (merci le manga)

BILAN Le manga représente 42% des ventes et connaît une croissance de +18%

V. J.

— 

Le tome 1 de « Naruto » est le manga le plus vendu en 2020, alros que la série est terminée depuis 2016
Le tome 1 de « Naruto » est le manga le plus vendu en 2020, alros que la série est terminée depuis 2016 — © 2002 MASASHI KISHIMOTO / 2007 SHIPPUDEN

Malgré la crise sanitaire, les librairies ont réussi à limiter la casse en 2020, et la bande dessinée n’y est pas pour rien. En effet, à la veille de la remise des prix du Festival d'Angoulême (ce sera en juin pour l’événement physique), les données GfK Market Intelligence du marché de la BD ont été publiées jeudi par communiqué et révèlent une (nouvelle) année record avec 53 millions d’exemplaires achetés en France (+9 %) pour un chiffre d’affaires généré de 591M€ (+6 %). Le manga y joue un rôle central avec 42 % des ventes.

Presque une BD vendue sur deux est un manga

La BD japonaise est le segment le plus dynamique avec une croissance de 18 %, grâce aux séries incontournables comme One Piece, première série manga en volumes vendus, et Naruto, dont les tomes 1 et 2 squattent les deux premières places du Top 10. On retrouve également le phénomène Demon Slayer, Dragon Ball Super ou My Hero Academia parmi les titres les plus vendus.

Des lecteurs et lectrices jeunes

Pour le reste (on parle de BD hors manga c’est dire), les meilleures ventes concernent, dans l’ordre, Lucky Luke, L’Arabe du futur, Blake et Mortimer, Astérix, Les Sisters et Mortelle Adèle, avec pas moins de quatre tomes dans le Top 10. A noter que « 65 % des achats BD sont destinés à des moins de 30 ans, une proportion en hausse de +6 points par rapport à 2019 », commente Camille Oriot, consultante senior Livres de GfK.

Si les confinements ont eu un impact négatif sur le nombre de nouveautés (-12 %), la levée des restrictions a eu un effet boost sur les ventes de nouveautés (+9 % en mai, +19 % en décembre), et surtout sur les BD dites de fonds avec +47 % et +49 % sur les mêmes périodes. De manière générale, il y a eu un recentrage sur les valeurs sûres et les best-sellers tout au long de l’année 2020.