Mort de Jean-Pierre Bacri : Nos lecteurs rendent hommage à un acteur « qu’on n’arrive pas à imaginer autrement dans la vie réelle, tellement il est juste »

VOUS TEMOIGNEZ L'acteur « râleur au grand coeur », décédé le 18 janvier à 69 ans, aura laissé un souvenir indélébile à de nombreux Français

Pierre Cloix

— 

Jean-Pierre Bacri est décédé — 20 Minutes
  • Jean-Pierre Bacri s’est éteint le 18 janvier 2021.
  • « Râleur au grand coeur », il aura marqué le cinéma français.
  • Nous avons demandé à nos internautes quel souvenir ils gardaient de l’acteur.
  • Son côté sincère et pince-sans rire les a marqués.

Une lumière de plus qui s’éteint. A travers les années, Jean-Pierre Bacri aura marqué le cinéma français et, forcément, ses spectateurs. Inimitable de par son caractère et son aspect « grognon », il laisse derrière lui une farandole de bons souvenirs, des salles obscures aux réunions familiales du dimanche soir. Nos internautes, comme beaucoup, n’ont pas été insensibles à cette disparition, alors que l’acteur n’était âgé que de 69 ans. Ils lui rendent un dernier hommage.

« Un homme remarquable et entier »

Cela répond presque de l’évidence, mais ce dont vous vous souviendrez le plus en pensant à Jean-Pierre Bacri, c’est sa sincérité, son côté « sans faux-semblant ». Michèle se le remémore avec nostalgie : « Il jouait vrai, grognon et sincère, un grand comique pour moi, il me faisait rire. Monsieur Bacri était un artiste, son jeu était unique. » Affirme-t-elle. Un homme sans concession, mais plus subtil qu’un simple « grincheux » du cinéma, tempère Pascale : « J’ai beaucoup aimé son rôle de râleur et, en même temps, de l’oncle gentil dans le filmLa Baule-Les-Pins… Il était un homme remarquable et entier. Admirable. »

Cette dualité, ce côté « faux méchant » et « pince-sans-rire » était la signature de l’acteur, et pour Laurent, c’est ce qui le démarquait des autres : « Jean-Pierre Bacri nous laisse un ton et des intonations de phrases qui n’appartiennent qu’à lui et qui sont désormais passées dans notre culture quotidienne. Ce style et la trace indélébile qu’il laissera dans nos mémoires sont le plus bel hommage qu’on puisse rendre à un artiste. » Sur cette façon unique de jouer, Hubert complète : « Peu d’acteurs en France et dans le monde ont su étinceler par leur utilisation d’un physique, d’un phrasé, d’un déplacement du corps devant la caméra. Bref, M. Bacri jouait de sa maîtrise d’ acteur, en prenant des risques dans ses différents rôles. »

Douce mélancolie

S’il est tant apprécié, c’est aussi parce que Bacri parlait, et continuera de parler à tout le monde, comme le souligne Emmanuel : « Pour moi Jean-Pierre Bacri restera un acteur populaire, au sens de celui qui fait un peu partie de la famille. Il n’avait pas son pareil pour jouer des personnages tout en nuances, touchants par leur humanité, ce qui fait qu’on ne peut s’empêcher de penser qu’il devait être comme ça dans la vie. Un type entier, généreux, colérique et humain. Un homme quoi. Quel acteur ! Pour moi ça restera L’été en pente en douce, film trop méconnu avec Villeret, Un air de famille bien sûr, et surtout Le goût des autres, un immense film.

Avec sa carrière prolifique, il y aurait de quoi faire de nombreux arrêts sur image pour essayer de garder un portrait éternel de Jean-Pierre Bacri, mais la description que nous a proposée Cathy semble convenir à la perfection : « Une tristesse élégante, un petit sourire en coin et son phrasé si particulier. »