« Eurovision France » : « Ma chanson parle de la France qui m’a accueilli », souligne Ali

INTERVIEW Ali, 29 ans, raconte à « 20 Minutes » comment il a travaillé sur sa chanson avec le groupe Hyphen Hyphen

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Le chanteur Ali.
Le chanteur Ali. — Jules Faure
  • Huit artistes solo, trois duos et un trio sont en lice pour Eurovision France, c’est vous qui décidez !, la sélection française pour l’Eurovision qui sera diffusée le 30 janvier sur France 2.
  • Ali est en lice avec la chanson Paris me dit.
  • « C’est une chanson sincère, avant tout. Je raconte mon histoire », explique à 20 Minutes l’artiste originaire du Liban.

Cette année, douze chansons peuvent espérer représenter la France à l’Eurovision en mai. Mais il n’y aura qu’une élue. Elles seront départagées le 30 janvier au soir, sur France 2, dans le cadre d’Eurovision France, c’est vous qui décidez ! présentée par Stéphane Bern et Laurence Boccolini.

D’ici là, 20 Minutes vous propose de découvrir chaque jour les artistes qui, en solo, en duo ou en trio, sont engagés dans la compétition. Pour Ali, cette participation à la sélection française est un baptême du feu. Paris me dit est la toute première expérience musicale de l’artiste de 29 ans qui, venu du Liban, livre une déclaration d’amour à la capitale française.

Comment êtes-vous venu à la musique ?

C’est la première fois que je m’exprime musicalement. Je n’étais pas prédestiné à être chanteur. Du Liban d’où je viens, on est davantage incité à être architecte, avocat ou médecin, pour sécuriser notre futur. J’ai fait des études d’architecture d’intérieur et une fois diplômé j’ai voulu suivre mes rêves. J’ai quitté le Liban, je suis passé par l’Italie et je me suis installé à Paris, qui m’a adopté, qui m’a ouvert les bras. C’est pour ça que j’ai écrit cette chanson.

Vous avez écrit ce morceau avec le groupe Hyphen Hyphen, comment cela s’est-il passé ?

Je suis ami avec eux​. Ce projet est né d’expérimentations entre potes. On chantait ensemble pour rigoler et ils m’ont dit « Mais en fait, tu chantes ! ? » Ils ont été touchés par mon histoire, alors on a décidé de la raconter en musique, de faire un truc ensemble. On s’est posés, on a commencé à écrire, à enregistrer et on s’est retrouvés avec ce titre qui est pour moi tellement important. Et me voilà finaliste d’Eurovision France. Pour une première prise de parole, quoi de mieux que la scène avec la plus grosse audience ?

Quels sont les atouts de « Paris me dit » pour l’Eurovision ?

C’est une chanson sincère, avant tout. Je raconte mon histoire, je parle de ce qu’est la France, de ce qu’est ma France : un pays qui m’a accueilli, qui m’a ouvert les bras et qui m’a permis d’être ce que je suis vraiment, de réaliser mes rêves. Aujourd’hui, on a besoin de partager des messages d’amour, d’espoir.

A quoi peut-on s’attendre avec votre prestation ?

Drama ! (Il éclate de rire) Je plaisante. Je suis quelqu’un d’assez visuel, qui aime raconter des histoires, donc ça va être une scénographie qui va illustrer tout ce que je chante.

Si je vous dis « Eurovision », à quelle chanson ou artiste pensez-vous spontanément ?

La toute première qui me vient en tête, c’est Conchita Wurst avec Rise Lise a Phoenix [2015]. Je trouvais ça incroyable, chic, élégant, vocalement impeccable. Comme par hasard, ça a gagné (rires).

En dehors de votre participation à « Eurovision France », avez-vous d’autres projets ?

Tous les dimanches, je fais des reprises sur mon compte Instagram pour donner un aperçu de mon univers musical. Plein de belles choses sont à venir. Ce qui est sûr, c’est que n’est que le début de l’aventure.