Tintin : Le « Lotus bleu » d’Hergé vendu 3,175 millions d’euros, un record pour une BD

ENCHERES L’album marque un tournant dans la création de Hergé

20 Minutes avec AFP

— 

Vente aux enchères L'univers du créateur de Tintin : la couverture du «Lotus bleu» d'Hergé aux enchères. La maison Artcurial sur les Champs-Elysees a Paris met aux encheres jeudi le genial dessin cree par Herge en 1936 pour la couverture du Lotus bleu, estimee entre 2,2 et 2,8 millions d euros
Vente aux enchères L'univers du créateur de Tintin : la couverture du «Lotus bleu» d'Hergé aux enchères. La maison Artcurial sur les Champs-Elysees a Paris met aux encheres jeudi le genial dessin cree par Herge en 1936 pour la couverture du Lotus bleu, estimee entre 2,2 et 2,8 millions d euros — Lionel Urman/SIPA

Un record pour Tintin. Un dessin d'Hergé pour la couverture de l’album de Tintin Le Lotus bleu a battu jeudi le record mondial d’enchères pour la bande dessinée, avec 3,175 millions d’euros frais compris, a annoncé ce jeudi la maison Artcurial.

Le Lotus Bleu est un des chefs-d’œuvre du dessinateur belge. L’album marque un tournant dans sa création. C’est celui « de sa maturité narrative et politique, pour laquelle il se documente en véritable journaliste », relève Artcurial. Les planches paraissent en 1934-35 dans la revue Le Petit Vingtième, avant la publication de l’album en 1936.

Un mystère entoure cette œuvre

Georges Rémi alias Hergé se passionne pour la Chine après sa rencontre avec un jeune diplômé de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Tchang Tchong-Jen, avec lequel il noue une amitié à vie. La reproduction de ce dessin coûtait trop cher, il ne sera pas retenu pour devenir la couverture de l’album. Une version simplifiée est adoptée, avec un dragon noir sur fond rouge et beaucoup moins de détails.

Un mystère entoure cette œuvre, mise aux enchères lors d’une vente en ligne à cause de l’épidémie : a-t-il été vraiment offert par Hergé au fils de son éditeur Louis Casterman, Jean-Paul, alors âgé de sept ans, comme l’affirment les héritiers de l’éditeur ?

Une légende ?

L’enfant l’aurait plié en six et gardé dans un tiroir, d’où la feuille de papier aurait été ressortie des décennies plus tard. Des experts mettent en doute la véracité de cette histoire, de même que l’ayant droit d’Hergé : le Britannique Nick Rodwell. Mari de Fanny, seconde épouse d’Hergé et légataire universelle, ce dernier assure une protection sourcilleuse de l’œuvre d’Hergé, dont les albums se sont vendus au total à 250 millions d’exemplaires.

Pour Philippe Goddin, un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre, « en mettant en vente le dessin, les Casterman ne sont coupables en rien. Ils ont cru à la légende que leur a transmis leur père ». Mais il estime « éminemment suspect » le récit de Jean-Paul Casterman (mort en 2009) quand il affirmait avoir reçu ce dessin en cadeau.