« Soccer Granies », « Ceux qui voulaient guérir »... Quand des documentaires aident à retrouver le moral

INSPIRATION Le festival Debouts donne des clés pour se reconstruire à travers cinq films documentaires

Laure Beaudonnet

— 

Extrait de « Soccer Granies » de Clément Boxebeld et Julia Mourri présenté au Festival Debouts
Extrait de « Soccer Granies » de Clément Boxebeld et Julia Mourri présenté au Festival Debouts — Clément Boxebeld et Julia Mourri
  • Du 11 au 15 janvier, le festival Debouts hébergé par ImagoTV, dévoile un film par soir, suivi d’un débat.
  • Les cinq documentaires convergent autour de plusieurs thèmes : guérison, dignité, force intérieure, réussite collective.
  • Zoom sur trois films de la sélection qui offrent des clés pour se sentir mieux.

En cette période de pandémie de Covid-19 rythmée par des confinements et des couvre-feux, le moral des Français a pris un coup. Alors que la communauté médicale met en garde contre une vague psychiatrique, le festival indépendant Debouts*, organisé par l’association Kamea meah, débarque ce lundi comme un manuel pour retrouver la joie de vivre en cette époque particulièrement morose.

Monté en à peine trois mois par cinq réalisateurs confinés, l’événement virtuel est hébergé sur ImagoTV, le plateforme de documentaires engagée et solidaire, et réfléchit, à travers cinq films, sur les moyens de dépasser les difficultés de la vie. Zoom sur trois documentaires porteurs d’espoir.

« Soccer Granies », le foot pour retrouver la santé

Qui a dit que le foot s’adressait exclusivement aux jeunes hommes ? Soccer Granies (ou Mamies Foot) installe sa caméra en Afrique du Sud où une bande de mamies se passionnent depuis des années pour le ballon rond. Agées de plus de 60 ans, elles ont combattu les épreuves de leur vie (cancer, diabète, handicap) en se rejoignant chaque matin, à l’aube, au stade pour s’entraîner. Clément Boxebeld et Julia Mourri accompagnent cette troupe de passionnées jusqu’en France pour affronter l’équipe hexagonale -beaucoup moins entraînée- lors de la Coupe du monde féminine de football organisée en 2019. Une échappée sportive qui tord le cou aux préjugés sur la vieillesse. Ces femmes ont entre 70 ans et 90 ans et elles pétillent comme des jeunettes. Un optimisme émouvant qui n’est pas sans rappeler le génial Benda Bilili !.

« Ceux qui voulaient guérir », une plongée dans l’univers de l’ayahuasca

Détour par le Pérou, dans le centre Takiwasi qui aide les toxicomanes à soigner leurs addictions à l’aide de la médecine traditionnelle. La caméra de Louis Bidou et Aurélie Marques part à la rencontre de patients, venus du monde entier, qui dévoilent avec une grande pudeur leurs blessures. Dans ce parcours de santé, le temps ralentit au rythme des décoctions d’ayahuasca et des rituels thérapeutiques où les patients font l’expérience de cette liane d’origine amazonienne connue pour ses vertus hallucinatoires. Entourés de nature, les patients reprennent chaque jour goût à la vie. Un bel exemple de « résurrection » psychologique qui pourrait donner raison aux traumatisés du confinement en ville: le bonheur pourrait bien se cacher dans le retour à la nature.

« Ici et maintenant », le bonheur dans les petites choses de la vie

Ce court documentaire s’invite dans la sélection comme le pendant de Ceux qui voulaient guérir. Il donne la parole aux anciens résidents de la Communauté Thérapeutique d’Aubervilliers qui ont réussi à combattre leur addiction. Ici et maintenant ouvre son micro à une dizaine d’anciens toxicomanes qui racontent leur effondrement personnel et comment ils ont réussi à reconstruire sur des ruines. Des paroles inspirantes qui donnent quelques clés pour retrouver le bonheur lorsque le brouillard enveloppe notre quotidien.

*Le festival écrit « Debouts » avec un S pour insister sur le vivre ensemble, n’en déplaise à l’Académie Française.

DEBOUTS ! FESTIVAL, du 11 au 15 janvier à 20h30 : 5 soirées / 5 docs / 5 échanges en visio.