Rap : Le triomphe de Jul, la série « Validé », la révélation Lous and the Yakuza… Les événements marquants de 2020

RETROSPECTIVE Malgré le coronavirus, le monde du rap français a été très prolifique cette année

C.W.

— 

La série « Validé » sur Canal+ a marqué le début d'année 2020.
La série « Validé » sur Canal+ a marqué le début d'année 2020. — Canal+
  • Malgré le coronavirus, le monde du rap français a été très prolifique cette année.
  • Jul, Lous and the Yakuza, Hatik, Laylow… De nombreux artistes hip-hop ont marqué 2020.

S’il y a peut-être un domaine que le coronavirus n’a pas fichu en l’air en 2020, c’est le rap francophone. Alors certes une myriade de concerts a été annulée, et de nombreux projets ont été reportés, mais cette année encore les artistes se sont montrés prolifiques et inventifs. De nouvelles voix ont émergé, d’autres se sont confirmées, et des carrières ont explosé.

Ces douze derniers mois le rap s’est fait entendre, mais s’est aussi donné à voir, en fiction à la télé, mais aussi en documentaire sur différentes plateformes. Avant d’ouvrir un nouveau chapitre en 2021, 20 Minutes vous propose de revenir sur des événements qui ont marqué le rap en France cette année.

L’année de folie de Jul

L’année du sacre pour le Marseillais ? Connu pour sa productivité, Jul n’a pas failli à sa réputation en 2020. En l’espace de quelques mois, le rappeur nous a offert La Machine et Loin du monde, deux albums bien étoffés (30 titres pour le premier, 18 pour le second), aux styles variés et aux feats notables : Bigflo et Oli, SCH, Naps et Wejdene pour ne citer qu’eux. Sans oublier bien sûr l’album 13’Organisé qui a rassemblé la crème de la crème du rap marseillais et dont le clip Bande organisée a été l’une des vidéos les plus vues cette année (plus de 219 millions de vues à ce jour sur YouTube). Petit bémol ? L’absence de femmes sur ce projet, mais espérons que Jul en prenne note pour l’avenir.

La révélation Lous and the Yakuza

Et pourtant les femmes sont désormais bien présentes sur la scène rap française. A commencer par Lous and the Yakuza, véritable révélation de l’année avec la sortie de son album Gore. Mariage de hip-hop et de pop, sa musique tout en nuance a éclairé l’automne. D’autres femmes ont également donné de la voix et imposé leur place cette année : la mélancolique Meryl et ses rêves de caviar, la « trap queen » Le Juiice ou encore la prometteuse Doria.

« Validé », première série rap « made in France »

Qu’on l’aime ou non, Validé de Franck Gastambide a créé l’événement en ce début d’année. Première série française sur le rap, elle a très vite rencontré son public sur Canal+, cumulant plus de 20 millions de visionnages à sa sortie. Une deuxième saison est d’ailleurs déjà en cours de production. Une série sur le rap, et avec le rap, puisque de nombreux rappeurs connus y ont fait une apparition, comme Kool Shen, Soprano, Lacrim ou Gringe. Elle a également mis en lumière des artistes peu connus comme Hatik, aka Apash, l’un des rôles principaux de la série, et Bosh, qui a interprété le rôle de Karnage. Un tremplin pour les deux rappeurs qui ont eux aussi créé l’événement par la suite.

Des tubes de l’été (mais sans club)

Les sons de Bosh et Hatik ont largement dépassé les frontières de la série puisque tous deux ont signé des tubes de l’été 2020. Le premier avec l’entêtant Djomb, un véritable carton qui a intégré le top 100 Monde de Spotify, le second avec Angela (une reprise/hommage du succès du Saïan Supa Crew), un titre qui a lui aussi cumulé les streams. Deux tubes qui auraient eu toute leur place dans les clubs de l’hexagone, sans le coronavirus.

Les docs au top

Cette année le rap français s’est exprimé en fiction, mais aussi sous la forme du documentaire. Plusieurs films ont vu le jour en l’espace de quelques mois, invitant ainsi les auditeurs de rap à découvrir les artistes sous un angle plus intime. Gims et Bigflo et Oli ont ainsi eu le droit à leurs films respectifs sur Netflix cet été, Médine et RK quant à eux ont vu le leur débarquer sur France.tv Slash à l’automne. Autre grand succès de l’année, la captation d’un Bercy de PNL en 2017 mis en ligne en juillet sur Netflix. Le rap s’écoute et se regarde, à défaut de se jouer en live.

« Trinity » de Laylow, album de l’année ?

Les amateurs de rap l’affirment depuis des mois : le toulousain Laylow a signé l’album de l’année. Sorti à la fin du mois de février, à quelques jours du premier confinement et du basculement de la planète dans l’ère du Covid-19, Trinity est un album concept à des années-lumière du rap mainstream. Laylow nous y plonge dans un univers sombre, mélancolique et électronique, aux confins du monde moderne. « Une œuvre cinématographique totale. Un film audio pour explorer définitivement ses angoisses et ses peines », estime de son côté le site de référence l'Abcdrduson. Pile poil dans l’esprit de 2020.

Un carton pour Maes

Dans un autre registre, c’est un carton de ventes qu’a réalisé Maes. Sorti le 17 janvier dernier, son deuxième album Les derniers salopards est le plus gros succès rap de 2020. Comme le rapportait la Snep (Syndicat national d’édition phonographique), en novembre, du haut de ses 250.000 ventes il se classait ainsi devant M.I.L.S 3 (225.000 ventes), la mixtape de Ninho sortie en mars. Une belle année pour le rappeur de Sevran !

Le retour tant attendu…

Deux ans que les fans l’attendaient. C’est finalement fin septembre que le belge Damso a fait son grand retour avec QALF, teasé subtilement depuis des mois auprès de sa fanbase. Et ce que l’on peut dire, c’est que ses fans n’ont pas manqué au rendez-vous. En seulement 24 heures, l’album a réalisé le meilleur démarrage de l’année sur Spotify France avec plus de 11,3 millions de streams. Depuis, QALF a été certifié disque de platine.

Les youtubeurs à l’assaut du rap

Ils sont de plus en plus nombreux à franchir le pas et à se lancer dans le rapgame. Après Mister V en tout début d’année et la sortie de son deuxième album MVP, c’est Seb (anciennement Seb la frite), qui s’est fait entendre en musique. Le rappeur/youtubeur a mis en ligne plusieurs clips tout au long de l’année, des vidéos cumulant plusieurs millions de vues. Enfin, 2020 a aussi vu la naissance du tout premier album de Squeezie, Oxyz, sorti en septembre dernier. Les frontières du rap ne cessent donc de s’élargir.