«Cyberpunk 2077» est l'évènement jeu vidéo de la fin d'année, mais pas forcément pour les bonnes raisons entre bugs multiples et versions consoles sacrifiées
«Cyberpunk 2077» est l'évènement jeu vidéo de la fin d'année, mais pas forcément pour les bonnes raisons entre bugs multiples et versions consoles sacrifiées — 2017 CD PROJEKT

JEU VIDEO

Bugs en pagaille, sextoys partout, consoles sacrifiées… C’est quoi le bazar avec « Cyberpunk 2077 » ?

Après de premiers retours positifs du jeu sur PC, « Cyberpunk 2077 » se prend un retour de bâton pour sa version console totalement buguée et sacrifiée

Cyberpunk 2077 devait être l’événement jeu vidéo de cette fin année, voire de l’année, et il l’est, mais peut-être pas comme les fans l’attendaient. Ni ses créateurs, les Polonais de CD Projekt. Pourtant, tout était plutôt bien parti avec une valeur en bourse de plus de 9 milliards pour le studio, huit millions de précommandes pour le jeu, et des premières critiques lundi, à quelques jours de la sortie, globalement positives. Peut-être pas à la hauteur de la hype, mais tous considéraient le jeu comme une claque visuelle, un monde ultra immersif, à défaut d’être un grand action-RPG à la Witcher 3 et à quelques bugs et sextoys près.

« Ce sont des versions sacrifiées, on dirait parfois une version Switch ».

Un patch Day One, presque aussi gros que le jeu, était nécessaire et disponible le jour de la sortie. Et les sextoys, les godemichets ? Il y en a beaucoup dans le jeu, trop pour certains des premiers joueurs et joueuses, qui se sont interrogées sur leur symbolique, autre que phallique. Le symbole de la décadence de la société ? Mouais, on a connu moins raccourci et plus inspiré. C’est ça être (cyber) punk pour CD Projekt ? La « polémique » battait son plein de bugs et de godes lorsque le jeu est enfin sorti jeudi, sur PC mais aussi sur les consoles old gen, PS4 et Xbox One, bien sûr compatibles avec les next gen. Et là…

C’était donc un signe. La presse a effet été invitée à tester Cyberpunk 2077 uniquement sur PC, avec les versions PS4 et Xbox One disponibles la veille de la sortie. Et le site Gamekult est le premier à tirer la sonnette d’alarme en plein live : « Si vous avez précommandé le jeu sur PS4 ou Xbox One, il vous reste quelques heures pour annuler votre précommande. Ce sont des versions sacrifiées, on dirait parfois une version Switch ».

C’est mieux sur la next gen, mais la cata en bourse

D’autres médias prennent le relais avec des tests et notes cinglantes, 7/20 chez Jeuxvideo.com ou 4/10 sur Jeuxactu et Gamekult, et les commentaires qui vont avec : « Cela s’appelle un abandon », « Des atours funestes et tout à fait révoltants »… En cause une ville désertée de ses habitants, des problèmes de textures, un frame rate à la ramasse, et finalement une technique indigne du jeu mais également des machines, où ont pu tourner des Red Dead Redemption 2 et The Last of Us Part II.

Cyberpunk 2077 retrouve de la vie sur PS4 Pro, Xbox One X et surtout sur les nouvelles PS5 et Xbox Series X/S, grâce la rétrocompatibilité, mais le mal est fait. Au point de voir CD Projekt chuter de 10 % en bourse et de perdre deux milliards de dollars en deux jours, comme le rapporte Les Echos. Conséquence inattendue, cette sortie (de route) sur consoles physiques fait les affaires de Stadia, le service de cloud gaming encore confidentiel de Google : « Vous rencontrez toujours des problèmes pour jouer à Cyberpunk 2077 avec votre vieux matos ? Nous avons une solution pour vous. Essayez Stadia où le jeu est nickel et vous pouvez y jouer sans téléchargement ni patch ». Ouch.