Richard Corben, bédéaste pilier de « Métal Hurlant », est mort

DISPARITION Maître de la fantasy, Richard Corben, Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême en 2018, est mort à l’âge de 80 ans

A.D.

— 

Extrait de Ratgod et autoportrait de Richard Corben
Extrait de Ratgod et autoportrait de Richard Corben — © R. Corben & éd. Délirium 2018

Il « est certainement l’artiste qui a "inventé", en jouant avec des sortes de calques, la BD en 3 dimensions. Il a ajouté du volume à un médium qui s’en était toujours passé », disait de lui l’éditeur franco indien Fershid Bharucha en 2013 à notre journaliste BD Olivier Mimran. Le maître de la fantasy Richard Corben, Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême en 2018, est mort à l’âge de 80 ans le 2 décembre « à la suite d’une chirurgie », a annoncé sa famille ce jeudi sur Facebook.

Né en 1940, sorti diplômé en 1965 du Kansas City Art Institute, le dessinateur et scénariste a fait ses armes dans la BD underground américaine avec sa série d’anthologie Fantagor. En 1975, il envoie ses travaux au débutant Métal Hurlant. Il fera les belles heures du magazine culte aux côtés de Mœbius, Philippe Druillet et Jean-Pierre Dionnet, notamment avec sa série Den.

De « Métal Hurlant » à « Heavy Metal »

Richard Corben poursuit ensuite son activité pour Heavy Metal, la version américaine du magazine français. En 1976, son adaptation de la nouvelle de R. E. Howard dans Bloodstar préfigure les romans graphiques. Il collabore à Rip in Time avec Bruce Jones, Vic and Blood avec Harlan Ellison, Den Saga, Mutant World, Son of Mutant World, Jeremy Brood et The Arabian Nights avec Jan Strnad.

Dans les années 2000, il travaille pour toutes les maisons d’édition comme Vertigo (Hellblazer avec Brian Azzarello), Marvel Comics (Hulk et Cage, toujours avec Azzarello, Punisher : The End avec Garth Ennis) ou encore DC Comics (Swamp Thing).