PlayStation 5 et Xbox Series X|S, le baroud d'honneur des consoles physiques?

NEXT GEN Les consoles Xbox et PlayStation s'installent à nouveau, en force, dans les chambres et les salons, mais le jeu vidéo n'est-il pas déjà ailleurs

Vincent Julé

— 

Xbox Series et PlayStation 5, consoles de la nouvelle génération ou de la dernière génération (genre der des ders)?
Xbox Series et PlayStation 5, consoles de la nouvelle génération ou de la dernière génération (genre der des ders)? — Xbox / PlayStation
  •  C’est bon, les nouvelles PlayStation et Xbox sont là… et déjà en rutpure de stock.
  • Si les machines sont finalement très proches, elles cachent deux stratégies assez différentes sur l’avenir du jeu vidéo.
  • Xbox vise le cloud gaming et se voit en « Netflix du jeu vidéo », là où PlayStation fait de la résistance et est au jeu vidéo ce que la salle, le multiplexe, est au cinéma.

« C’est bon, les consoles, c’est fini. » Et oui, les PlayStation 5 et les Xbox Series X|S, c’est fini… elles sont en rupture de stock ! Il faudra attendre au mieux Noël, mais surtout le premier trimestre 2021 pour mettre la main sur la nouvelle génération de consoles. A moins qu’il ne s’agisse de la dernière génération, la der des ders ? La question se pose à chaque passage next gen, et même avancée technologique (les internets, le téléphone portable, le streaming…), mais les bonnes vieilles consoles de salon sont toujours là, plus puissantes, plus imposantes, plus « tout » que jamais. Et les joueurs et joueuses répondent présentes, et n’ont pas abandonné les PlayStation, Xbox ou Nintendo au profit des jeux sur iPhone ou Stadia. Pas encore.

Plus que de simples consoles

Cette « dernière » génération interroge en effet sur l’avenir du jeu vidéo, d’autant plus que PlayStation et Xbox adoptent, derrière des machines très proches, deux stratégies assez différentes. Les consoles ne sont plus depuis longtemps de simples consoles, et jouent très bien les media centers avec toutes les applis de divertissement, à l’image de la télécommande PS5 et ses touches Netlifx, Disney+, Spotify et YouTube.

Xbox se présente maintenant comme une famille de consoles (Xbox Series X, S et bientôt d’autres lettres et itérations ?), et même un écosystème, un service. Comme l’explique son patron Phil Spencer, et le rapporte Libération, « jouer sur Xbox, ça ne veut pas forcément dire jouer sur une console. Ça veut dire se connecter et faire partie de notre écosystème, de près ou de loin. Depuis un mobile Android, depuis un PC ou même depuis une Switch. » C’est déjà le cas, puisque le Xbox Game Pass Ultimate permet de jouer à 100 jeux sur Xbox, PC, Android via le cloud, avec dans le viseur les appareils iOS, ainsi que les Smart TV, Chromebooks, FireTV…

Et si Xbox abandonnait le hardware pour le software

« Il faudra regarder attentivement comment les ventes de Xbox évoluent d’ici un ou deux ans, commente l’analyste James McQuivey, du cabinet Forrester, dans Le Monde. Si elles sont largement à la traîne de Sony, Microsoft pourrait envisager de se défaire de cette activité. » Mais abandonner le hardware ne signifie pas abandonner le software, et Xbox pourrait alors embrasser à 100 % le cloud gaming et essayer de devenir le « Netflix du jeu vidéo », pour reprendre la formule consacrée.

D’où sa politique de rachat de studios pour gonfler son catalogue de jeux et exclus. Mais Microsoft n’est pas tout seul, avec également les autres géants Google, avec Stadia, et Amazon, avec Luna. La multiplication actuelle des offres par abonnement, et par éditeur (EA Play, Uplay +…), rappelle celle des services de SVOD (Netflix, Prime, HBO Max, Disney+…), et renseigne sur un possible avenir du jeu.

La PlayStation est au jeu ce que la salle est au cinéma

Mais ce n’est pas trop l’état d’esprit de Sony. Un PlayStation Game Pass Ultimate ? « Nous ne nous engagerons pas dans cette voie qui veut intégrer de nouveaux jeux à un service d’abonnement, confie le patron de PlayStation, Jim Ryan, au site américain Games Industry. Le développement de certains titres coûte plusieurs millions de dollars, et nous considérons que cela n’est pas viable. Notre credo est de faire des jeux plus grands, toujours meilleurs, et d’une certaine façon, plus persistants dans le temps. Donc les intégrer à un abonnement dès le premier jour, cela n’a pas de sens pour nous. »

Comme Xbox, PlayStation s’appuie sur des studios maison et jeux exclusifs (Spider-Man, God of War, Horizon, The Last of Us…), non pas pour grossir son catalogue mais pour faire l’événement. PlayStation s’imagine au jeu vidéo comme ce qu’est la salle au cinéma, en opposition à l’expérience des plateformes. Même si avec la crise du Covid, les cartes sont en train d'être redistribuées.

Et Nintendo ? Le constructeur japonais observe cette guerre des consoles, enfin de constructeurs et peut-être bientôt d’éditeurs, de loin, faisant peu de cas des passages next gen ou de la course à la puissance. Il ne faut pas oublier que Nintendo est à l’origine une entreprise de cartes et de jouets, et cet héritage inspire sa vision actuelle, hybride, entre console et portable, jeu et jouet (Amiibo, Nintendo Labo, Mario Kart Live…). Sans oublier le PC, considéré par de nombreux joueurs et joueuses comme la meilleure « console ». Alors, les consoles, c’est fini ? Disons plutôt que le jeu vidéo, c’est partout.