« Spider-Man », « Demon’s Souls », « Godfall »… A quoi joue-t-on sur la nouvelle PlayStation 5 ?

NEXT GEN Vous vous êtes bien amusé à caler la console dans votre meuble télé, il serait maintenant temps de jouer à de vrais jeux

Vincent Julé

— 

Voilà ce que donne « Marvel’s Spider-Man : Miles Morales » sur PlayStation 5, et oui, ça donne bien
Voilà ce que donne « Marvel’s Spider-Man : Miles Morales » sur PlayStation 5, et oui, ça donne bien — 2020 Marvel
  • La nouvelle PlayStation 5 est disponible depuis jeudi, en version classique avec lecteur Blu-ray et en Digital Edition sans lecteur
  • La console peut compter sur quelques exclus : Spider-Man, Demon's Souls, Godfall, Astro...
  • Il sera toujours possible de jouer à ses jeux PS4 et aux nouveautés cross-gen

Si vous n’avez pas pu attendre la sortie de la PlayStation 5 jeudi et avait commencé à jouer à Assassins Creed Valhalla, Call of Duty : Black Ops Cold War ou Destiny 2 : Au-delà de la lumière sur PS4, pas d’inquiétude, vous pourrez continuer à y jouer sur PS5, parfois en plus beau mais surtout en plus rapide grâce au SSD. Ce sera d’ailleurs le cas de quasiment tous les jeux PS4 ( sauf une dizaine). Pour l’occasion, l’abonnement PlayStation Plus propose même une collection de jeux phares de la précédente génération, de Batman : Arkham Knight à Uncharted 4 en passant par God of War par FFXV ou Resident Evil 7. C’est bien, mais ce serait mieux de jouer à de vrais jeux PS5, non ?

Un « Spider-Man » nouvelle génération ?

Marvel’s Spider-Man : Miles Morales est ce jeu, enfin presque. Il s’agit en effet d’un jeu cross-gen, à la fois sur PS4 et PS5, et d’un spin-off du Spider-Man de 2018. Vous incarnez toujours l’homme-araignée, mais Miles Morales et non plus Peter Parker. Ce dernier a pris des vacances en Europe et confié la ville de New York à son protégé, que les fans de comics connaissent déjà bien et que le grand public a découvert avec le film Spider-Man : New Generation. Avec lui, le joueur va vivre une aventure pas très différente et moins conséquente que la première, mais l’essentiel, le vertige, la cool attitude sont toujours là, transcendés par les avancées technologiques et visuelles, ici la fluidité du 60 images par seconde ou les effets de lumière et de reflet du ray tracing.

« Demon’s Souls », beau à mourir encore et encore

Spidey pouvait prétendre au titre du jeu de lancement, de vitrine, de la PS5, s’il n’y avait pas le remake de Demon’s Souls, premier des Dark Souls sorti à l’époque sur PS3 et dont l’influence est encore palpable sur le jeu vidéo en général, et l’action-RPG en particulier. Déjà responsable du remake de Shadow of the Colossus, le studio Bluepoint fait à nouveau des merveilles et offre à la PS5 son jeu le plus impressionnant, même sans exploiter le ray tracing ou la DualSense. Que c’est beau de mourir.

« Astro » le petit robot héros

Premier jeu 100 % inédit et next gen (et pour l'instant PS5 et PC, il sort dans six mois sur Xbox), Godfall, un slasher à butin, accuse un peu le coup à côté. Attention, son univers de high fantasy brille de mille feux et vous en mettra plein les yeux. Mais cette histoire de guerriers légendaires et de trahison entre frères intéressera peu les joueurs et joueuses, et les combats pourtant exaltants au début se révèlent répétitifs à la longue.

PlayStation n’oublie pas non plus les gamers plus casual, avec des titres plus accessibles, comme les jeux Sackboy, Bugsnax et Astro’s Playroom. Intégré à la console, Astro n’est pas seulement une démo technique – et quelle démo ! - de la manette DualSense, il s’avère un jeu de plate-forme très réussi et une fausse plongée dans les entrailles de la PS5, pour un vrai hommage à l’histoire de la PlayStation. Bien joué.