Cultures créoles : A Paris, les Outre-mer et les Caraïbes ont voix au chapitre à la librairie Calypso

LITTERATURE Aimé Césaire, Dany Lafférière, Françoise Vergès… Cette nouvelle librairie est la seule dédiée aux littératures caribéennes et ultramarines dans la capitale

Sélène Agapé

— 

Journée de la langue et de la culture créoles: Des livres pour découvrir le créole — 20 Minutes
  • La librairie Calypso a pris ses quartiers dans le 11e arrondissement de Paris, depuis le 28 août 2020.
  • Ce nouveau temple des cultures créoles est entièrement dédié aux littératures ultramarines et caribéennes, et unique en son genre dans la capitale.
  • Elle renferme plus de 700 ouvrages, des albums, des jeux, des partitions mais aussi des pâtisseries et des thés tout droit sortis des Outre-mer.

« C’est trop bien, il y a vraiment de tout », s’enthousiasme Netsa. Ce mardi après-midi, la mère de famille est venue découvrir avec son fils, sa fille et sa cousine la librairie Calypso dans le 11e arrondissement de Paris. Elle trifouille – après avoir mis du gel hydroalcoolique – dans la rangée de gauche à la recherche de livres sur les outre-mer.

Plus de 700 références sont à dévorer dans l’enseigne de 35 m2 gérée par Agnès Cornélie. Des œuvres d’auteurs et autrices ultramarins comme Frantz Fanon et son Peau noire, masques blancs ou encore Là où les chiens aboient par la queue ​d’Estelle Sarah-Bulle, Prix Stanislas du premier roman en 2018. Des écrivains caribéens comme le Colombien, Gabriel García Márquez ou l’académicien haïtien  Dany Laferrière, prix Médicis 2009 pour son roman L’Énigme du retour.

« Des contes classiques revisités en version antillaise »

Après six ans d’attente, une formation express à l’Ecole de la librairie et une campagne participative de 11.000 euros en plein confinement, Agnès Cornélie peut enfin embrasser sa nouvelle vocation. La libraire guadeloupéenne de 36 ans a enfin réuni « les livres des outre-mer et des Caraïbes qu’elle ne trouvait pas forcément ou qu’elle regrettait si souvent de voir mélangés avec d’autres littératures (d’Afrique ou de la francophonie) ». Et le premier mot de cette page blanche sera « Calypso », comme la nymphe grecque, en clin d’œil à son ancienne carrière de professeur de lettres classiques. Mais aussi un coup de projecteur sur le genre musical du même nom de Trinidad-et-Tobago, populaire dans les Caraïbes.

De son côté, Netsa jette son dévolu sur Cendrillon : Une édition caribéenne, qu’elle pourra conter à sa fille de 2 ans. « C’est génial de voir des contes classiques revisités en version antillaise », explique la maman, originaire de la Guadeloupe. Et pour satisfaire son appétit livresque, elle choisit un livre universitaire de réflexions sur l’impact de l’esclavage. « L’un de ses auteurs [Aimé Charles-Nicolas] sera présent pour une dédicace le 7 novembre », l’informe Agnès, à la caisse.

La librairie Calypso, dédiée aux littératures ultramarines et caribéennes, dans le 11e arrondissement de Paris.
La librairie Calypso, dédiée aux littératures ultramarines et caribéennes, dans le 11e arrondissement de Paris. - S.A/20 Minutes

Faire découvrir des plumes ultramarines et caribéennes

Dans son « lieu de joie et de vie », la gérante a tenu à organiser des rencontres pour les lecteurs et lectrices avec des plumes qui ne sont pas toujours sur le devant de la scène. Elle a d’ailleurs reçu de nombreux appels d’auteurs et autrices qui souhaitent être vendus dans son petit commerce. Et pour nourrir l’estomac de ses clients pendant leur visite, elle a monté un petit espace de salon de thé avec des produits des Antilles et de la Réunion, comme du thé réunionnais du Labyrinthe En-Champ-Thé et des pâtés à la goyave des pâtisseries Surena.

Le petit coin salon de thé de la librairie Calypso, dédiée aux littératures ultramarines et caribéennes, dans le 11e arrondissement de Paris.
Le petit coin salon de thé de la librairie Calypso, dédiée aux littératures ultramarines et caribéennes, dans le 11e arrondissement de Paris. - S.A/20 Minutes

Le 22 octobre dernier, elle a d’ailleurs accueilli dans le respect des règles sanitaires la sortie de Tropiques Toxiques de Jessica Oublié, une BD pour sensibiliser à la pollution au chlordécone dans les Antilles. Un roman graphique que Clémentine a repéré sur Instagram. Avec son amie Mathilde, elles ont déniché aussi quelques livres qui vont s’ajouter à leur pile à lire. Les deux jeunes femmes, ni caribéennes, ni ultramarines, apprécient de mettre la main sur « ces livres qu’on ne trouve pas partout ». Tout comme les CD, les jeux de cartes ou encore les partitions pour apprendre à jouer des standards du jazz antillais comme Péyi mwen Jodi par Mario Canonge.

A terme, Agnès Cornélie aimerait proposer des jeux de société mais surtout 1.000 à 1500 ouvrages, et d’autres évènements comme des lectures de contes pour enfant. Et pourquoi pas, se lancer dans la vente en ligne quand elle aura plus de moyens financiers et humains.